•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Selon un rapport, l’Assemblée des chefs du Manitoba est un milieu de travail toxique

Chargement de l’image

Le grand chef de l’Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, a été suspendu après des allégations d'agression sexuelle (archives).

Photo : Shutterstock / Tomasz Trojanowski

Radio-Canada

Un rapport d'analyse de la structure interne de l’Assemblée des chefs du Manitoba (ACM), rédigé il y a plus d’un an mais rendu public récemment, dénonce un environnement de travail « fondé sur la peur » au sein de cette organisation qui a pour but de défendre les droits des Premières Nations.

Ce rapport préliminaire obtenu par CBC a été rédigé par la consultante externe Kimberley Levasseur Puhach et a été présenté au comité du personnel et des finances de l'Assemblée des chefs du Manitoba (ACM).

Le rapport fait état d'allégations au sujet d'un milieu de travail toxique où règnent l'intimidation et le rabaissement des membres du personnel.

En mars dernier, le grand chef de l'ACM, Arlen Dumas, a été suspendu après des allégations selon lesquelles il aurait harcelé et agressé sexuellement une personne identifiée par l'organisation comme une cadre supérieure. Cependant, il n'a pas été inculpé et ces allégations n'ont pas été prouvées devant les tribunaux.

M. Dumas a fermement nié les accusations selon lesquelles il entretenait des relations intimes avec cette femme mais a admis que son comportement n'avait pas toujours été très professionnel.

L'examen de l'ACM visait à explorer l'intégralité de la structure de cette organisation et a mis en lumière un modèle de comportement malsain en milieu de travail qui a entraîné un taux de roulement élevé du personnel.

L’ACM a confirmé avoir reçu un rapport confidentiel préparé il y a 14 mois mais a fait savoir que le document n'avait pas été rendu public et que personne ayant eu accès au rapport n'était autorisé à le diffuser.

Ce rapport concerne les structures organisationnelles internes de l'ACM. Il ne s'agit pas d'une enquête et ce n’est pas une conclusion à la suite d'une plainte ou d'une enquête, a précisé l’organisme par courriel.

L'ACM n’a pas confirmé l'authenticité du document obtenu par CBC.

Harcèlement et rabaissement du personnel

Après avoir interrogé le personnel, l'auteure du rapport suggère que les dirigeants ont cultivé un environnement de travail oppressif qui a transformé les opprimés et les oppresseurs. On y fait état de comportements non professionnels, d’intimidation, de dénigrement, d’abus de pouvoir, de tentatives de sabotage et de démoralisation au sein des employés.

Un membre de l'équipe de direction y est décrit comme étant abrasif et irrespectueux.

Le rapport conclut que le personnel utilise des mécanismes de protection tels que la création d'alliances, l'établissement de "camps" , la thésaurisation d'informations ainsi que la dissimulation et la rétention de communications par peur de congédiements ou de représailles.

L'ACM a réitéré que toutes les plaintes déposées par les employés sont prises au sérieux et traitées avec la diligence requise. Pour des motifs de confidentialité, l'ACM ne fera aucune déclaration publique sur la nature des plaintes ou des allégations, ajoute l'organisation.

Le rapport note également que la majorité des employés estiment que leur travail est important et gratifiant mais qu’ils sont préoccupés par la manière dont le travail est effectué.

Le rapport indique aussi que le grand chef est très respecté et que le personnel veut le soutenir et contribuer au succès de l'ACM.

Après les allégations soulevées contre Arlen Dumas, l'assemblée a affirmé qu'elle avait engagé un tiers externe pour enquêter, ce qui, selon l'ACM, devait permettre de garantir l’impartialité, la neutralité et l'objectivité du rapport.

Toutes les allégations faites dans la presse selon lesquelles l'enquête n'est pas indépendante ou impartiale sont fausses. L'ACM a confirmé que l'enquête se poursuit et sera achevée dans un proche avenir, a déclaré l'ACM en réponse aux questions sur l'état de l'enquête en cours.

Avec les informations de Holly Caruk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !