•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une bonification de Québec bien accueillie dans un CPE de Val-des-Sources

Chargement de l’image

La bonification de Québec est bien accueillie par le CPE la Sourcière, à Val-des-Sources. (archives)

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Le ministre de la Famille Mathieu Lacombe a annoncé jeudi une bonification de 76 % des barèmes du Programme de financement des infrastructures des centres de la petite enfance (CPE). Cette annonce est bien accueillie au CPE la Sourcière, qui prévoit un agrandissement depuis des années.

Devant un besoin criant de places en garderie, la municipalité de Val-des-Sources a en effet donné un terrain à ce CPE pour construire une nouvelle installation. La direction de la Sourcière a commencé à travailler sur un projet en 2017. Ce dernier a finalement été approuvé par le ministère de la Famille il y a quatre mois. 

En raison de l’inflation, de la rareté de la main-d'œuvre et de la hausse des coûts des matériaux, construire un nouveau bâtiment coûte cependant très cher. L’augmentation présentée par Québec réjouit donc la directrice générale du CPE Lynda Noble. 

Sinon, je ne sais pas comment on aurait fait pour réaliser le projet. Ça va être beaucoup plus facile de faire approuver notre budget préliminaire avec le ministère de la Famille. Déjà, il est évalué à pas loin de 3 millions $. Avec l’ancien financement, ça aurait été pas mal plus compliqué, explique-t-elle. 

Ça nous permet d’avoir de plus grands locaux, un plus grand CPE, ajoute-t-elle. 

La construction du nouveau bâtiment va permettre d’accueillir 63 enfants supplémentaires.

Une ombre au tableau : la pénurie de main-d’œuvre

La députée solidaire de Sherbrooke Christine Labrie voit d’un bon œil l’annonce du ministre Lacombe. Toutefois, elle craint que la pénurie de main-d'œuvre ne vienne ralentir l’ouverture de nouvelles places en CPE, malgré la bonification.

Ça ne se rue pas aux portes dans les cégeps pour devenir éducatrice à l’enfance, malheureusement. Ça reste un grand défi. Les milliers de places qui sont en développement en ce moment, même si on bonifie les enveloppes de construction pour qu’elles puissent se concrétiser, je ne suis pas sûre qu’on va pouvoir offrir ces places-là dans les prochaines années, avance-t-elle .

Avec l’explosion des coûts de construction, Christine Labrie croit également que le gouvernement n’aura pas le choix de bonifier tous ses programmes d’infrastructures, y compris ceux destinés aux écoles et aux logements sociaux.

Avec les informations de Marie-Hélène Rousseau  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !