•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La route 172 fermée entre Sainte-Rose-du-Nord et Sacré-Coeur

Chargement de l’image

Sur cette photo prise sur l'heure du dîner vendredi, le niveau de la rivière Sainte-Marguerite était particulièrement élevé en bordure de la route 172 entre Sacré-Coeur et Sainte-Rose-du-Nord.

Photo : Gracieuseté d'Étienne Landry-Désy

Radio-Canada

La route 172 entre Sainte-Rose-du-Nord et Sacré-Coeur est fermée à la circulation dans les deux directions en raison du débordement à plusieurs endroits de la rivière Sainte-Marguerite, coupant le lien routier régional entre le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord.

Les automobilistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui souhaitent se diriger vers la Côte-Nord devront donc effectuer un détour par la rive sud du Saguenay, en empruntant la route 170.

Le ministère des Transports (MTQ) en a fait l’annonce par voie de communiqué, vendredi vers 16 h 15.

Cette décision a été prise afin d’assurer la sécurité des usagers, indique-t-on. La fermeture est d'une durée indéterminée. La réouverture dépendra ensuite de l'inspection qui devra être réalisée.

« Il faut attendre que le niveau de la rivière redescende, surtout l'eau qui est sur notre route, pour après ça pouvoir faire une inspection de la route, et voir est-ce qu'il y a eu des dommages ou pas et par la suite, soit faire des travaux. »

— Une citation de  Andrée-Anne Duchesne, porte-parole régionale du MTQ

Des barrages routiers ont été érigés à la sortie de Sainte-Rose-du-Nord et Sacré-Coeur. Un autre est installé à l'intersection de la route 138, près de Tadoussac. À cet endroit, seuls les gens qui se rendent à Sacré-Coeur sont autorisés à passer.

Plus tôt dans la journée, le MTQ avait fermé une voie au kilomètre 59 en raison du débordement de la rivière. La circulation s’effectuait en alternance. Le même secteur est toujours affecté par la montée du niveau de l'eau en raison des fortes pluies reçues depuis jeudi.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est toujours sous un avertissement de pluie émis par Environnement Canada. De 15 à 30 millimètres de pluie supplémentaires sont attendus d'ici samedi matin.

Chargement de l’image

La rivière Sainte-Marguerite déborde sur la route 172 entre Sainte-Rose-du-Nord et Sacré-Coeur.

Photo : Gracieuseté d'Étienne Landry-Désy.

La route 172 se trouve ainsi coupée en deux endroits sur la rive nord du Saguenay en raison de la montée des eaux.

La route est fermée depuis jeudi soir entre Chicoutimi-Nord et Alma, à la hauteur du pont de la rivière Shipshaw, et maintenant entre Chicoutimi-Nord et Tadoussac.

Chargement de l’image

Vers 18h30, une équipe du ministère des Transports s'affairait à nettoyer la route 169.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

La circulation dans les deux sens a repris sur la 169

Les fortes pluies des dernières heures ont également eu un impact au Lac-Saint-Jean.

La circulation s'est effectuée en alternance pendant quelques heures sur la route 169, entre le Village historique de Val-Jalbert et Roberval, en raison d'eau accumulée sur la chaussée à la hauteur du chemin François-Girard.

Plusieurs automobilistes ont dû faire la file sur place, au moment du retour du travail. L'accumulation d'eau provenait des terres situées à proximité.

Chargement de l’image

Des dommages sont bien visibles près de la route 169, tout comme aux abords de la Véloroute des Bleuets.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Vers 18 h 30, l'écoulement était terminé et une équipe du MTQ s'affairait à nettoyer la route, alors que l'eau a laissé du sable et des branches sur le sol.

Des dommages sont bien visibles dans l'accotement de la route, tout comme aux abords de la Véloroute des Bleuets qui passe à cet endroit.

Chargement de l’image

L'eau traversait la chaussée à la hauteur du chemin François-Girard entre le Village historique de Val-Jalbert et Roberval.

Photo : Gracieuseté de Guylaine Coulombe

On sait qu'il y a le lac Saint-Jean, il y a une voie ferrée, la piste cyclable, notre route, puis de l'autre côté, ce sont des terres qui sont plus hautes, avait expliqué Andrée-Anne Duchesne. Et avec toutes les précipitations qu'on a reçues, l'eau des terres s'est écoulée. Les fossés du ministère étaient déjà pleins, donc ça a fait une accumulation sur la chaussée sur notre route.

Avec les informations de Michel Gaudreau et de Kenza Chafik

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !