•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du prix du carburant : Québec s’entend avec les camionneurs artisans

Un homme alimentant le réservoir d'essence d'un camion.

La hausse du prix du carburant mettait en péril l'emploi de plusieurs camionneurs au Québec, selon l’Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI). (Archives)

Photo : iStock / ImageegamI

Jérémie Camirand

Grâce à une entente conclue en toute fin de soirée jeudi avec le ministère des Transports, les camionneurs artisans pourront maintenant recevoir une compensation financière plus importante lorsqu’ils feront le plein d’essence.

Désormais, les camionneurs seront dédommagés dès que le prix de l’essence augmentera de 5 %, contrairement 10 % auparavant.

Le gouvernement s’engage aussi à réactiver les activités de la Table des tarifs sur le transport afin de s’assurer que les tarifs correspondent à l’état du marché en temps réel.

Une nouvelle qui soulage l’Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) et son directeur général, Gaétan Légaré.

Ça fait plusieurs années qu'on essaye de pouvoir pallier toujours l'augmentation du carburant. [...] On est très heureux de la situation. Nos camionneurs sont maintenant compensés pour cette augmentation fulgurante du carburant, a déclaré M. Légaré.

Le directeur général de l'Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI), Gaétan Légaré.

Le directeur général de l'Association nationale des camionneurs artisans (ANCAI), Gaétan Légaré, se dit heureux de l'entente signée entre son association et le ministère des Transports.

Photo : Radio-Canada / Carl Marchand

Sans cette entente, le directeur général de l’ANCAI est d'avis que ses membres n’auraient pas pu continuer à offrir leurs services, eux qui perdaient en moyenne 180 $ par jour en raison de l’augmentation du prix de l’essence.

Il y avait une inquiétude importante chez nos membres. [...] Nos camionneurs perdaient 0,60 $ du litre à chaque fois qu’ils [faisaient le plein], a-t-il expliqué.

Avec la collaboration de Louis-Philippe Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !