•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix déversements toxiques signalés à Regina en 2021, dont 4 à la raffinerie Co-op

La raffinerie Co-op de Regina. (archives)

La Ville de Regina affirme que les quatre fuites de la raffinerie Co-op font toujours l'objet d'une enquête. (archives)

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

La Ville de Regina a indiqué qu’il y a eu 10 fuites ou déversements toxiques dans la ville au cours de l’année 2021, dont 4  à la raffinerie Co-op.

Toutes les fuites liées à la raffinerie étaient au niveau 3 de l'indice de gravité, qui va de 5 à 1. Le niveau 1 est le plus grave et peut représenter un danger immédiat pour la santé humaine.

Contrairement aux six autres déversements, la Ville affirme que les quatre fuites de la raffinerie Co-op font toujours l'objet d'une enquête. Le coût de l'enquête sur les déversements est inconnu.

Mercredi, le comité exécutif de la Ville a voté à l'unanimité pour recevoir le premier rapport sur le sujet.

Un seul déversement a dépassé le niveau 3 de l'indice de gravité. Ce déversement s'est produit le 11 juin, lorsque les eaux usées domestiques ont débordé dans le ruisseau Wascana en raison de fortes pluies. L'incident a été considéré comme étant de niveau 2.

Un souci de transparence depuis mai 2020

La transparence de l'administration est devenue un enjeu municipal après un déversement survenu en mai 2020 au complexe de la raffinerie Co-op. Des vents forts avaient remué des sédiments, provoquant le déversement de boue dans le système d'égouts.

Élue en novembre 2020, la mairesse Sandra Masters a affirmé, mercredi, qu'elle souhaitait que la Ville devienne plus transparente en ce qui concerne les déversements toxiques, ajoutant que les enquêtes prennent du temps.

La Ville de Regina publie désormais les cas de fuites toxiques sur son site Internet.

La mairesse a reçu plusieurs messages de personnes contrariées à ce sujet.

Le maire de Fort Qu'Appelle et certaines Premières Nations m'ont contactée pour exprimer leur frustration quant à la rapidité des messages, a-t-elle déclaré.

L'administration municipale a affirmé devant les membres du comité exécutif de Regina qu'elle n'enverrait plus d’alerte pour chaque déversement.

Si, à chaque déversement mineur, on prévient la population, alors qu'il n'y a aucun risque pour la vie et la santé humaine, il serait malheureux lors d’un déversement majeur que les résidents ne réagissent pas quand il le faut, a conclu la mairesse de Regina.

Avec les informations d’Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !