•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Texas, la NRA tient sa convention sous les huées et sous les encouragements

Chargement de l’image

Des enfants ont participé à une manifestation devant le lieu de la convention.

Photo : afp via getty images / PATRICK T. FALLON

Radio-Canada

Le groupe de pression américain pour les armes à feu, la National Rifle Association (NRA), a ouvert vendredi sa convention annuelle à Houston quelques jours après la terrible fusillade dans une école du Texas, qui a tué 19 enfants et 2 enseignants.

C'est une occasion de réfléchir sur ce qui s'est passé à Uvalde, a fait savoir l'organisation, qui s'est déjà dédouanée de toute responsabilité dans ce drame.

Ces tragédies nous tordent l'estomac, a déclaré vendredi Wayne LaPierre, le dirigeant de la NRA, en ouverture de la conférence. Toutefois, restreindre les droits de la personne les plus élémentaires qui permettent aux Américains de se défendre n'est pas la solution et ne l'a jamais été, a-t-il ajouté.

Prenant la parole, l'ex-président républicain Donald Trump a déclaré que l'existence du mal dans notre société n'est pas une raison pour désarmer des citoyens respectueux de la loi.

« L'existence du mal est la raison pour laquelle il faut armer les citoyens respectueux de la loi. »

— Une citation de  Donald Trump, ex-président des États-Unis

Il a accusé son successeur Joe Biden et le Parti démocrate d'exploiter politiquement les larmes des familles endeuillées en essayant de faire adopter des lois sur les armes à feu.

Aux appels à limiter le nombre d'armes à feu, les conservateurs opposent l'argument de mieux traiter les problèmes de santé mentale aux États-Unis, un aspect sur lequel Donald Trump a particulièrement insisté vendredi.

Le tireur était un aliéné hors de contrôle, a ainsi estimé l'ancien locataire de la Maison-Blanche. Il brûlera en enfer, a-t-il promis.

Il est certain que nous devons rendre beaucoup plus facile l'internement des personnes violentes et à l'esprit dérangé dans des établissements psychiatriques, a ajouté M. Trump.

Chargement de l’image

L'ancien président Donald Trump est catégorique; selon lui, pour combattre le mal, il faut autoriser le port d'armes à feu.

Photo : Associated Press / Michael Wyke

L'ancien magnat de l'immobilier a aussi lancé un appel au renforcement de la sécurité dans les écoles américaines, et suggéré d'installer des clôtures robustes et des détecteurs de métaux devant les établissements ainsi que d'armer les instituteurs.

Ce n'est pas une question d'argent. C'est une question de volonté. Si les États-Unis ont 40 milliards de dollars à envoyer à l'Ukraine, nous pouvons le faire, a-t-il déclaré, faisant référence au soutien financier et militaire apporté par Washington à Kiev après l'invasion de la Russie en février.

D'autres personnalités du parti, par exemple le sénateur républicain du Texas Ted Cruz, assistent à la convention. Celui-ci a d'ailleurs pris la parole vendredi après-midi.

« Nous savons tous que ce qui peut arrêter les méchants armés, ce sont les bons armés. [...] Nous ne devons pas réagir face à la tragédie en abandonnant notre Constitution ou en restreignant les droits de nos citoyens. »

— Une citation de  Ted Cruz, sénateur républicain

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, grand défenseur du droit à détenir une arme à feu et candidat à sa réélection cette année, a pris la décision de ne pas se déplacer pour assister à la convention de la NRA. Il s'est cependant adressé à ses membres dans une vidéo préenregistrée.

Il y a notamment abordé la question des dispositions législatives qui limitent les armes à feu en affirmant que les lois n'ont pas empêché la tuerie.

Après la diffusion de cet enregistrement, il a précisé, lors d'une conférence de presse à Uvalde, que de nouvelles lois seront adoptées au Texas, mais qu'elles toucheront plutôt la santé mentale que les armes à feu.

Le président de la NRA, Wayne LaPierre, a repris le discours traditionnel de son organisation.

« Restreindre le droit fondamental des Américains de se défendre n'est pas la solution. Cela ne l'a jamais été. »

— Une citation de  Wayne LaPierre, président de la NRA

Plusieurs chanteurs vedettes ont choisi de ne pas venir. Parmi eux, le chanteur Don McLean, connu pour sa chanson American Pie, a jugé qu'il serait irrespectueux de sa part de s'y produire.

Chargement de l’image

Devant le bâtiment de la convention, des partisans du port d'arme et des opposants à celui-ci se livrent à une bataille médiatique.

Photo : Reuters / Jae C. Hong

L'artiste Lee Greenwood, dont le succès patriotique God Bless the USA rythme les réunions de Donald Trump, a lui aussi préféré annuler son concert.

On signale une autre absence notable, celle du fabricant du fusil semi-automatique AR-15, c'est-à-dire le modèle d'arme utilisé par l'auteur de la fusillade.

En fin de matinée, des milliers de partisans des armes à feu ont manifesté devant le palais des congrès de Houston, qui était rempli de stands de fabricants où étaient exposés des fusils semi-automatiques et de l'équipement de chasse.

J'ai des armes à feu dans chaque pièce de ma maison, a répondu en riant un sexagénaire quand on lui a demandé si le fusil qu'il envisageait d'acheter serait son premier.

Personnellement, je pense qu'il faudrait davantage d'éducation sur les armes, a expliqué Lisy, 31 ans, une ancienne militaire qui cherche à trouver un nouveau pistolet à glisser sous sa jupe, car il fait trop chaud pour les pantalons au Texas.

Manifestation contre la convention

Toutefois, dans l'après-midi, près de 500 manifestants qui tenaient des pancartes et des croix arborant des photos des victimes de la fusillade d'Uvalde ont convergé vers la convention annuelle de la NRA.

Ils scandaient NRA, dégage! et Honte à toi, ça pourrait être tes enfants!.

Sur une scène bondée, le démocrate Beto O'Rourke, qui affrontera Greg Abbott à l'élection au poste de gouverneur en novembre, a appelé à la mi-journée la foule à l'action contre les armes à feu.

« La vie de nos enfants est en jeu dans l'isoloir! »

— Une citation de  Beto O'Rourke, candidat démocrate au poste de gouverneur du Texas
Chargement de l’image

Beto O'Rourke se fait le porte-parole des partisans du contrôle des armes à feu.

Photo : afp via getty images / PATRICK T. FALLON

Melinda Hamilton, 60 ans, fondatrice de l'association Mothers of Murdered Angels, sise à Fort Worth, au Texas, et qui a perdu sa fille et son petit-fils en raison de la violence armée, a organisé une veillée dans un parc situé en face de la convention.

Ils doivent changer les lois et nous devons nous battre pour changer ces lois. Cela n'a aucun sens qu'un jeune de 18 ans puisse acheter une arme, a-t-elle déclaré en faisant allusion à l'âge des tireurs d'Uvalde et de Buffalo, dans l'État de New York.

Johnny Mata, un militant de Houston, a appelé la NRA à interrompre la convention et à organiser une cérémonie d'hommage aux victimes.

Ils ont l'audace de ne pas annuler par respect pour ces familles, a déclaré Johnny Mata, qui représentait le groupe de défense Greater Houston Coalition for Justice. La NRA devrait cesser de participer à l'assassinat d'enfants dans les écoles américaines.

Chargement de l’image

Des manifestants en faveur du contrôle des armes à feu

Photo : afp via getty images / PATRICK T. FALLON

La NRA, qui revendique cinq millions de membres, a par ailleurs précisé que, pour assurer la sécurité de Donald Trump – à qui l'organisation a donné des dizaines de millions de dollars lors de ses deux campagnes présidentielles –, les armes à feu seraient interdites dans la salle.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !