•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les électeurs de Thunder Bay–Atikokan priorisent l’économie et les services sociaux

Chargement de l’image

Les électeurs peuvent voter par anticipation jusqu'au 28 mai à 20 h.

Photo : Michael Wilson / CBC

Radio-Canada

La circonscription de Thunder Bay–Atikokan est une des plus difficiles à gagner dans le Nord-Ouest de l’Ontario depuis presque deux décennies. Moins de 1 % des voix ont séparé les deux candidats les plus populaires lors de trois des quatre dernières élections.

Les sept candidats devront faire de leur mieux pour convaincre les électeurs. Plusieurs d’entre eux souhaitent des améliorations pour leur région.

Billy-Joe Csori habite avec sa famille, dont ses filles de  12 et 3 ans, dans le quartier de la rue Simpson où il a grandi. Il craint pour la sécurité de ses enfants.

Quand j’étais jeune, je pouvais sortir jusqu’à 22 h ou 23 h sans problème, affirme-t-il.

M. Csori affirme faire partie d’un groupe de résidents dont les domiciles ont été la cible de plusieurs tentatives d’entrées par effraction et d’intrusion. Selon lui, une plus grande présence policière aiderait le public à se sentir plus en sécurité.

Originaires du Bangladesh, Syed Ahmed et Shumsun Sideique en seront à leur premier scrutin en tant que citoyens canadiens.

Le couple et son fils Yousuf ont emménagé dans le quartier Parkdale à Thunder Bay et veulent des raisons pour y demeurer à long terme.

Chargement de l’image

Syed Ahmed (gauche) et Shumsun Sideique (droite) avec leur fils Yousuf.

Photo : CBC/Jon Thompson

J’adore les services de santé ici et la vie à Thunder Bay, mais je veux que ça grandisse et que ce soit plus efficace, explique M. Ahmed.

En plus d’être une des régions ontariennes les plus touchées par la crise des opioïdes, le Nord-Ouest est également aux prises avec un manque de personnel dans le secteur de la santé.

Certains gardent espoir que de bonnes choses se produisent dans la circonscription en raison du développement du Cercle de feu.

Préparation au boum économique

La famille bangladaise s'intéresse à plusieurs questions à l’approche des élections. D’après M. Ahmed, il faut se concentrer sur le recrutement de nouveaux arrivants comme lui afin d’assurer une certaine rétention à long terme.

Il y a un manque de diversité au travail. Je crois que je suis la seule personne de couleur dans notre ministère. C’était la même chose chez mes anciens employeurs, raconte le père de famille, qui œuvre dans l’industrie des ressources naturelles.

Nouveau résident à Atikokan, Giovanni Barbieri s’attend à ce que le virage de la province vers les véhicules électriques mène au succès des mines de la région et du Cercle de feu.

Toutefois, sans la construction de nouveaux logements, il sera difficile d’attirer des travailleurs.

Il y a si peu de terrains disponibles pour construire de nouvelles résidences que je crois que le gouvernement devrait libérer des terrains. Nous en aurons besoin d’ici trois à cinq ans, croit-il.

On peut facilement voir que la région connaîtra un boum économique, poursuit-il.

D’après M. Barbieri, le prochain gouvernement devra agir rapidement pour aider l’économie à croître au moment où il y a davantage d’emplois disponibles que de domiciles.

Besoin de meilleurs services sociaux

L’accès aux services sociaux est également une priorité pour bien des électeurs. Or, de nouvelles familles comme celle de Syed Ahmed et de Shumsun Sideique ont eu de la difficulté à trouver une place en garderie pour leurs enfants.

Parfois, nous ne pouvons pas voir certains spécialistes parce qu’il n’y en a pas à Thunder Bay, explique Mme Sideique.

Le nom de son fils a figuré plus de deux ans sur une liste d’attente avant qu'une place en garderie se libère. Elle souhaite maintenant s’assurer qu’il aura accès aux services nécessaires à l’école et à de bons soins de santé.

Les possibilités sont limitées à Thunder Bay, donc je cherche à voter pour quelqu’un qui créera des emplois ici, explique Shumsun Sideique.

Par ailleurs, il y a eu 152 surdoses mortelles dans le district du bureau de santé de Thunder Bay en 2021.

D'après M. Csori, les problèmes de dépendance sont de plus en plus visibles dans son quartier.

Il faut augmenter le financement des organismes qui œuvrent dans le domaine de la santé mentale et qui luttent contre les dépendances. Il faut aussi accroître le budget de la police afin qu'elle puisse déployer davantage d’agents sur le terrain, affirme-t-il.

M. Csori croit également que la province a un rôle à jouer afin d’aider les centres de prévention des surdoses à faire leur travail.

Avec les informations de Jon Thompson, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !