•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier match professionnel d’ultimate frisbee à Sherbrooke

Un match d'ultimate frisbee.

De nombreux spectateurs ont assisté au match de frisbee malgré la pluie.

Photo : Radio-Canada / Fanny Geoffrion

Radio-Canada

Sherbrooke a été la ville hôtesse d'un premier match professionnel d'ultimate frisbee vendredi. Pour l'occasion, le Royal de Montréal a affronté l'Empire de New York au parc Sylvie-Daigle. L'équipe américaine a gagné la partie avec un score de 22-18.

Cette soirée était très attendue par les adeptes de ce sport, dont le président de l'Association d'ultimate de Sherbrooke, Thomas Perron. C’est certain que pour les joueurs de Montréal, c’est un gros contrat. L’équipe de New York, c’est la grosse équipe de la ligue avec des joueurs très connus.

Le président de l'association espère que l'événement permettra d’attirer davantage d’amateurs. On prévoit que les gens viennent voir le match et peut-être s’intéresseront à notre sport. On a prévu quelques activités dans les semaines qui viennent.

« C’est assez simple à suivre pour quelqu’un qui n’a jamais vu d’ultimate. Il y a des arbitres qui sont présents dans ces matchs-là et qui vont clairement dire ce qui se passe. […] Si jamais des gens ont des questions, des joueurs sont là. Donc, ils pourront les poser aux gens autour d’eux dans la foule. »

— Une citation de  Thomas Perron, président de l'Association d'Ultimate de Sherbrooke

L’association célébrera ses 20 ans au cours des prochains jours. Si ce sport est peu médiatisé, reste que la communauté est bien présente à Sherbrooke. La popularité dans les écoles fait qu’il y a un flot constant de joueurs qui viennent vers nous, a expliqué M. Perron au micro de Par ici l'info.

M. Perron soutient que cette activité est accessible à tous. C’est vraiment une belle occasion de bouger. Socialement, c’est une très belle communauté, mentionne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !