•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des urgences pourraient fermer dans l’ouest du Manitoba cet été, faute de médecins

Chargement de l’image

Les communautes de Grandview, de Dauphin et de Gilbert Plains pourraient être touchées par la pénurie de personnel.

Photo : iStock / sudok1

Radio-Canada

La région sanitaire de Prairie Mountain s'attend à manquer de 20 médecins d’ici la fin de l’été. La régie régionale de santé dans l’ouest du Manitoba a également du mal à recruter du personnel pour empêcher la fermeture temporaire de ses urgences et de deux foyers de soins personnels.

La communauté de Grandview, à 290 km au nord-ouest de Winnipeg, risque d'être touchée par ces fermetures.

Membre du groupe Grandview Healthcare Solutions, Sue Stirling milite pour conserver les services de santé dans la région.

Sue Stirling a participé à une réunion pour évaluer la situation avec Prairie Mountain, en présence de son PDG, Brian Schoonbaert, au cours de ce mois. La situation dans la région est critique, selon elle.

« C’est pire que lorsqu'on était en pleine pandémie. »

— Une citation de  Sue Stirling, membre du groupe Grandview Healthcare Solutions

La militante dit que la situation est catastrophique.

Nous venons de nous sortir de la pandémie. Nous avons une pénurie d'infirmières [et] de médecins, affirme-t-elle. Le nombre de lits disponibles à l’hôpital de Grandview est passé de 14 à 8 à cause de ces pénuries.

Selon Prairie Mountain, 22 lits de foyers de soins personnels à Dauphin, et 9, à Gilbert Plains, sont vides parce qu’il n’y a pas assez de personnel soignant.

Selon Sue Stirling, ces pénuries de personnel sont récurrentes depuis plusieurs années dans la région. Elle est inquiète pour les mois qui viennent, notamment parce que des membres du personnel soignant vont prendre des vacances.

Le groupe Grandview Healthcare Solutions soutient directement le personnel et contribue aux efforts de recrutement. Il travaille avec Prairie Mountain pour trouver des bénévoles afin d'exécuter des tâches simples comme prendre des appels téléphoniques pour l’hôpital et les foyers de soins personnels.

De son côté, la Municipalité de Grandview offre du soutien financier aux médecins qui gèrent des cliniques dans la région et des primes allant jusqu’à 20 000 $ aux nouvelles infirmières qui prennent un engagement de deux ans. Elle a également fait l’acquisition d’une maison pour les loger.

Soins à domicile

Dans un compte-rendu publié sur la page Facebook de Grandview Healthcare Solutions, Sue Stirling affirme également que le gouvernement explore différentes options pour améliorer les services de santé dans la région, notamment les soins de santé à domicile.

Les autorités provinciales envisagent, par exemple, de permettre aux patients requérant des soins moins complexes de rester chez eux au lieu de les transférer dans un foyer de soins.

Pour ce faire, elles pourraient offrir du financement pour adapter le logement du patient aux besoins de ce dernier et faire appel à des entreprises pour établir un réseau de soutien.

Sue Stirling ajoute que la province envisagerait également de créer une agence provinciale de soins infirmiers.

En réaction au contenu de la lettre, la province a fourni à CBC/Radio-Canada une déclaration de Brian Schoonbaert et de Prairie Mountain.

Le PDG de la régie régionale de santé n’a pas fait référence aux solutions potentielles, mais il a confirmé que le manque de personnel était exacerbé pendant l’été.

Il y a aussi le défi de trouver du personnel d’agence disponible pour combler les quarts de travail vacants pendant l’été [...] Les membres de notre personnel dévoué et travaillant [...] prennent déjà des quarts supplémentaires quand c’est possible, écrit M. Schoonbaert dans un courriel.

Le PDG de Prairie Mountain dit également que les communautés touchées seront informées de toutes fermetures temporaires des infrastructures de santé.

Avec les informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !