•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sous-variant BA.4 détecté en Alberta

Chargement de l’image

Les tests de dépistage moléculaires (PCR) à la COVID-19 permettent de retrouver la souche du virus.

Photo : Reuters / Arnd Wiegmann

Radio-Canada

Des experts en santé s’attendent à une augmentation du nombre de cas de COVID-19 en Alberta en raison du sous-variant d'Omicron BA.4, mais pas nécessairement à une augmentation des hospitalisations.

La médecin hygiéniste en chef de la province, Deena Hinshaw, a annoncé mercredi la détection d'un seul cas de ce sous-variant dans la province au début du mois de mai.

Ce n’est pas une nouvelle très surprenante, dit d’entrée de jeu Craig Jenne, professeur agrégé de microbiologie, d'immunologie et des maladies infectieuses à l'Université de Calgary.

Nous savons que ce sous-variant circule depuis un bon moment [...] Ce n’est pas possible de garder ces sous-variants [...] hors de l’Alberta.

Le sous-variant BA.4 semble plus contagieux, d’après l’expert, mais pas plus virulent. Son impact sur le nombre d’hospitalisations et de cas sévères reste à déterminer.

La grande question maintenant, c'est : est-ce le BA.4 va mener à une petite hausse de cas ou [à] une vague plus importante?

Craig Jenne estime que la capacité limitée de l’Alberta à effectuer des tests PCR complique la détection du sous-variant : Nous ne savons toujours pas à quel point le sous-variant s’est répandu ni quand il est arrivé en Alberta.

D’autres cas du sous-variants BA.4 évoluent peut-être dans la province en raison de cette situation, estime une spécialiste en maladies infectieuses à l'Université de l'Alberta, Stephanie Smith.

Nous avons identifié ce cas, et je suspecte qu'il y en a plus [...] il se peut que le BA.4 devienne le sous-variant prédominant, dit-elle, même si ce processus peut prendre des mois.

La spécialiste pense également que l’immunité liée aux vaccins et aux infections naturelles va prévenir un bond dans le nombre de patients gravement malades.

Je ne crois pas qu'il y aura une importante augmentation du nombre d’hospitalisations en lien avec ça [...] Je m’attends à une légère augmentation de la transmission communautaire, conclut-elle.

Avec les informations de Jennifer Lee

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !