•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intercar vend sa division de Québec à des intérêts américains

Chargement de l’image

Un autobus du service de liaison Intercar.

Photo : Intercar

Chargement de l’image

L'entreprise Intercar se départit de sa division de Québec et la cède à une compagnie américaine.

Groupe Transco, présent en province depuis 1983, acquiert 114 autobus répartis dans divers secteurs d’activités, dont le transport de personnes et d’écoliers.

La division de Québec d’Intercar offre notamment des liaisons entre la ville et Baie-Comeau, Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre. Les circuits entre la capitale nationale et la Côte-Nord étant très longs et transportant peu de passagers, Intercar avait du mal à les rentabiliser.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le président d’Intercar, Hugo Gilbert, a expliqué que la compagnie américaine a fait des approches très agressives dès la fin de 2021. Une réflexion s’est amorcée au sein de l’entreprise, qui a finalement accepté de vendre.

« La pandémie est une raison. Il y a un ralentissement partout dans le domaine du transport de personnes. Il y a aussi le fait que Québec est un marché extrêmement compétitif, avec la pénurie de main-d’œuvre également. Transco va emmener l’entreprise à un autre niveau. »

— Une citation de  Hugo Gilbert, président, Intercar

Cette approche faite auprès d’Intercar par un joueur important qui désirait ardemment percer le marché de Québec a mené à de longues négociations.

Il y a tout un processus et des négociations qui se font en catimini. C’est très difficile parce qu’on doit le faire en quelque sort en cachette. Lorsque la transaction est annoncée, c’est une journée très difficile, a fait valoir Hugo Gilbert, qui a annoncé la nouvelle à ses employés jeudi.

Une rencontre aura lieu aujourd’hui impliquant les employés de Québec pour leur faire part de la vision de la nouvelle entreprise propriétaire.

Il y a quand même des côtés positifs. Plus de moyens et une vision plus agressive pour les prochaines années. Une vision de développement, pointe Hugo Gilbert.

Pas question de vendre au Saguenay

Le président affirme qu’il n’est pas question de vendre d'actifs au Saguenay, même si l’acheteur a manifesté de l’intérêt.

On veut aller vers une quatrième génération. On est là depuis 1959 et on va continuer d’être là. On a monnayé les actifs qu’on avait de la difficulté à rentabiliser. C’est sûr qu’Intercar va survivre encore 62 ans [au Saguenay-Lac-Saint-Jean], martèle Hugo Gilbert.

Chargement de l’image

Hugo Gilbert, président du Groupe Intercar

Photo : Groupe Intercar

L’entreprise possède une flotte d’environ 275 véhicules au Saguenay-Lac-Saint-Jean et fournit du travail à environ 350 personnes.

La compagnie détient plusieurs contrats avec des centres de services scolaires et pour du transport médical. La Commission scolaire Central Québec devrait bientôt utiliser des autobus jaunes d’Intercar pour le transport de ses élèves du secondaire, dont la plupart circulent à bord d’autobus de la STS en vertu d'ententes conclues avec la société de transport en commun.

Hugo Gilbert précise que la reprise post-pandémie va bien pour la compagnie. Le retour des activités sportives et des bateaux de croisières a été un vent de fraîcheur pour le transporteur.

Ce qui manque, ce sont les groupes organisés à travers le Québec et l’Ontario, ça va venir probablement, croit le président.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !