•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commission d’enquête sur le train léger d’Ottawa : plus d’un million de documents reçus

Le train léger d'Ottawa.

Le train léger d'Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland

La Commission d’enquête sur le réseau de train léger sur rail d’Ottawa (CERTLRO) a tenu hier sa deuxième réunion publique avant le début des audiences, qui commenceront le 13 juin prochain. Plusieurs dizaines de citoyens se sont présentés au Shaw Center pour décrire leurs expériences avec le réseau de train léger d’OC Transpo. Pour sa part, l’équipe de la Commission a fait le point sur l’avancement de ses travaux.

Depuis le début de son mandat, en janvier dernier, la CERTLRO a interrogé sous serment quelque 90 témoins et reçu plus d’un million de documents destinés à éclairer ses travaux. On estime à plus de 10 000 le nombre de ceux qui seront pertinents dans le cadre de son mandat, qui vise à faire la lumière sur les nombreux vices de fonctionnement observés depuis la mise en service du train, en 2019. Seule la phase 1 du train léger sera analysée. 

Un homme parle au micro.

Le commissaire William Hourigan (archives)

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

La CERTLRO compte entendre de 40 à 50 témoins entre le 13 juin et le 8 juillet prochains. Selon la loi, les témoignages reçus aux audiences de la Commission ne pourront pas être utilisés dans des procédures judiciaires futures, sauf en cas de parjure. 

Des panels d’experts sur divers sujets sont aussi prévus après la fin des audiences. 

Odeurs, quais glissants et traumatisme crânien : des usagers très mécontents

Quais glissants, odeurs d’égout à la station Parlement, mauvaise conception des stations : les récriminations à l’endroit du train d’OC Transpo ont encore une fois été nombreuses jeudi.

Cela fait trois ans que le train est en service et l’odeur d’égout est toujours là! a lancé Luka Yeskiw au commissaire William Hourigan. Celui-ci a d’ailleurs pris le temps de remercier chaque intervenant en soulignant l’importance de venir témoigner à la CERTLRO.

Il a déploré les problèmes encourus sur des quais glissants au cours de l’hiver. J’ai déjà constaté des fissures sur les quais et des problèmes d’écoulement d’eau. Aujourd’hui même, à la station Tunney’s Pasture, il y avait d’énormes flaques d’eau sur le quai, ce qui est probablement dû à la conception des quais extérieurs, a poursuivi M. Yeskiw. 

« Plusieurs d’entre nous sont ici ce soir parce que nous avons l’impression d'avoir parlé à un mur de brique et de ne pas avoir été écoutés au cours des deux dernières années. »

— Une citation de  Luka Yeskiw, un usager du O-Train

Jonathan McCoy a pour sa part des problèmes de motricité et s’est aussi désolé du fait que les quais puissent souvent être glissants. Lorsqu’il y a trop de monde, il me faut souvent attendre deux ou trois ascenseurs pour seulement me rendre au train ou sortir de la station. C’est glissant, alors si je prends les escaliers, je me mets à risque de faire une chute, a-t-il déploré.

Un autre usager a raconté une expérience qui a mené à un traumatisme crânien. Il soutient qu’étant donné la configuration des stations où il y a interconnexion avec le réseau d’autobus, les gens sont si pressés d’attraper leur autobus qu’ils courent littéralement d'un bout à l'autre de la station. Quelqu’un m’a accroché en courant et je souffre d’une commotion cérébrale depuis. Je suis un enseignant et il m’arrive d’avoir des pertes de mémoire, a déclaré Raj Doobay, qui est intervenu par téléphone. Il a dit avoir voulu témoigner non pas pour obtenir réparation mais pour qu’une telle situation ne se reproduise plus. 

Tout au long de la rencontre, le commissaire William Hourigan a insisté pour dire que tous les témoignages étaient bienvenus et nécessaires au travail de la CERTLRO. Toute personne intéressée peut se joindre à l'équipe d'enquête à info@OLRTpublicinquiry.ca ou en composant le 1 833 597-1955.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !