•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maquilleuse réalise son rêve au Festival de Cannes après avoir fui l’Ukraine

Aliona Antonova maquille une femme devant un miroir.

Aliona Antonova a dû quitter l'Ukraine pour échapper à la guerre. Elle maquille maintenant les vedettes sur la Croisette, à Cannes.

Photo : AFP / DEBORAH COLE

Agence France-Presse

Quand elle a fui l'Ukraine au lendemain de l'invasion russe, elle était loin de se douter de ce qui l'attendait : la maquilleuse ukrainienne Aliona Antonova est aujourd'hui à Cannes, où elle maquille les plus grandes vedettes de cinéma.

Son histoire, digne d'un film hollywoodien, a commencé le 24 février, lors des premiers bombardements de sa ville, Odessa, tout près de son salon de beauté et de son école d'esthétique.

Trois mois plus tard, cette mère célibataire de 31 ans s'est retrouvée à maquiller les gens qui foulent le tapis rouge du prestigieux Festival de Cannes.

J'ai confiance dans mon étoile, a-t-elle avoué à l'Agence France-Presse. Quand j'ai décidé de venir ici, je ne savais pas si je trouverais des clients ou des étudiants, mais je savais que je devais venir.

Des flammes et une épaisse colonne de fumée noire s'échappent d'une raffinerie.

Des missiles russes ont détruit une raffinerie près de la ville portuaire d'Odessa, le 3 avril dernier.

Photo : Reuters / NACHO DOCE

Une vie transformée par la guerre

La vie d'Aliona Antonova a basculé lors d'une matinée terrifiante, trois mois plus tôt.

La veille encore, je me disputais avec mon oncle, qui me disait que la guerre allait éclater. Je n'y croyais pas, mais quand je me suis couchée, j'ai ressenti quelque chose de bizarre... c'était la peur, raconte-t-elle.

À 6 h du matin, son frère l'a réveillée en lui disant de se préparer à fuir.

« J'ai appelé un taxi pour aller vérifier que tout allait bien dans mon salon, quand soudain, j'ai entendu une bombe. J'étais sous le choc. »

— Une citation de  Aliona Antonova, maquilleuse

Elle n'a pas regretté son départ précipité vers la Moldavie, voyant les énormes files d'attente à la frontière. Là-bas, elle a pu retrouver son fils de 4 ans, Micha, et ses parents se trouvaient déjà à Chisinau.

Des matelas le long d'un mur.

Des habitants et habitantes d'Odessa ont trouvé refuge dans les catacombes afin d'échapper aux bombes.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Bélanger

Rêver à Cannes

Aliona Antonova a pu retrouver du travail très vite, à Bruxelles et à Berlin, grâce à sa réputation sur Instagram (où quelque 72 000 personnes la suivent).

Mais la maquilleuse a toujours rêvé d'aller à Cannes, un endroit où on peut rencontrer en une seule fois toutes les vedettes qui sont d'habitude aux États-Unis.

Elle a contacté plusieurs salons cannois et, dès le premier courriel, elle a reçu une réponse positive : on lui proposait un kiosque où s'installer comme maquilleuse indépendante.

Un escalier couvert de tapis rouge à Cannes. On aperçoit une femme dans le coin gauche de la photo.

Le tapis rouge de Cannes

Photo : Getty Images / Joe Maher

J'ai été très surprise de voir à quel point c'était facile, dit-elle. À tel point que, jusqu'au premier jour à Cannes, j'ai cru que ce n'était pas vrai.

Elle travaille à Cannes notamment avec les femmes qui apparaissent dans le documentaire Netflix L'arnaqueur de Tinder (The Tinder Swindler).

Sur la Croisette, elle a déjà repéré les actrices Julia Roberts et Anne Hathaway ainsi que la mannequin brésilienne Adriana Lima.

La trentenaire ne dit pas spontanément aux gens qu'elle est ukrainienne, pour éviter qu'ils s'apitoient sur son sort. Dès qu'ils savent que je viens d'Ukraine, les gens m'apportent leur soutien. Ils me demandent comment je vais, comment va ma famille; c'est très gentil, explique-t-elle.

Entrevoir l'avenir

Aliona demande jusqu'à 300 euros (412 dollars canadiens) pour un maquillage pour une soirée, et elle recherche des investisseurs et investisseuses afin de lancer sa propre entreprise de produits cosmétiques. Grâce à ces revenus, elle espère que Micha et sa mère pourront bientôt la rejoindre à Cannes.

Des vedettes s'agglutinent sur le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture du 75e Festival de Cannes.

Des vedettes font le bonheur des photographes sur le tapis rouge lors de la cérémonie d'ouverture du 75e Festival de Cannes.

Photo : Getty Images / John Phillips

Cependant, quand elle pense à l'avenir, son enthousiasme retombe et elle refoule ses larmes, avouant qu'elle se laisse parfois submerger par l'angoisse.

Je pense que le monde entier est surpris de voir à quel point mon peuple est courageux, dit-elle. J'espère que, très bientôt, tout cela sera fini, mais il faudra tout reconstruire et ce sera très dur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !