•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Cataractes ramènent les Remparts à la case départ

Chargement de l’image

Les Cataractes ont dû batailler ferme, jeudi soir, pour niveler la série demi-finale les opposant aux Remparts.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

Chargement de l’image

Un but de Xavier Bourgault en prolongation a tranché un classique duel de gardien, jeudi soir, au Centre Vidéotron, permettant aux Cataractes de se sauver avec une victoire de 1-0. Dominants durant la majeure partie de la rencontre, les Remparts ont été incapables de percer l’énigme Antoine Coulombe devant le filet adverse.

Originaire de l’Islet, en Chaudière-Appalaches, Bourgault était encore tout sourire au moment de se présenter au micro, quelques minutes après avoir marqué l’un des buts les plus importants de sa jeune carrière devant  10 710 spectateurs.

Je me rappelle quand j’étais jeune et je venais voir les Remparts. C’est sûr que c’est vraiment plaisant de marquer, dans un aréna comme ça, un but vainqueur en prolongation, a relaté le choix de première ronde des Oilers d’Edmonton.

Après la défaite crève-coeur de la veille, les Cataractes sautaient sur la glace avec un sentiment d’urgence, jeudi, a-t-il admis. Dans une série 3 de 5, l’équipe ne pouvait permettre aux Remparts de prendre les devants 2-0.

Coulombe intraitable

Si Bourgault a tranché le débat, c’est toutefois le gardien Coulombe qui a été le véritable héros du match pour les Cataractes, se montrant intraitable durant les deux premières périodes du match dominées par Québec.

Il a été très bon. Après deux périodes, on était sans aucun doute la meilleure équipe sur la patinoire. On a eu de très bonnes chances de marquer, mais il a fermé la porte. Il les a gardés dans le match, a admis Patrick Roy sans détour après la rencontre.

Des propos qui trouvaient échos chez son homologue Daniel Renaud, de bien meilleure humeur que le veille. La bonne nouvelle c’est qu’Antoine fait partie de notre équipe et, en séries, ça prend différentes façons de gagner un match.

Loin d’avoir mal paru devant la cage des Remparts, William Rousseau a lui aussi brillé avec 28 arrêts avant d’être finalement trompé par un tir de l'enclave de Bourgault, un peu moins de quatre minutes après le début de la période de prolongation.

Chargement de l’image

Le gardien de but William Rousseau

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

Ça a été un match plaisant avec beaucoup d'émotion. Il faut donner le crédit à Coulombe. Je me suis entraîné avec lui l’été dernier. Je sais que c’est un bon gardien de but de positionnement et il a fait les gros arrêts ce soir, a lancé le gardien des diables rouges, loin d’être abattu après la défaite.

Et son vis à vis Coulombe n’a pas manqué de lui renvoyer les fleurs. Rousseau ne donnait pas grand chose de l’autre bord. C’est un match où il fallait rester concentrer et ne pas être le premier qui allait casser.

Un premier trio en panne sèche

Reste à voir maintenant si les Remparts réussiront à leur tour à faire casser le gardien des Cataractes alors que la série se transporte à Shawinigan, dimanche et lundi. Pour ce faire, le premier trio des diables rouges devra en donner plus, estime Patrick Roy.

Je leur ai dit après le match. À trois, ils n’avaient pas un tir au but après soixante minutes de jeu, a-t-il pointé au sujet de l’unité formée de Zachary Bolduc, Théo Rochette et Connor Frenette. Pas question toutefois de revoir ses trios en vue du prochain match, a assuré l’entraîneur.

La série s’annonçait serrée et âprement disputée. Elle ne pourrait l’être davantage après deux parties. Chaque détail, chaque présence, chaque seconde, en ce moment, c’est une belle compétition., a décrit le pilote des Cataractes, Daniel Renaud.

Je pense que les deux clubs jouent de l’excellent hockey. Rendu en demi-finale, c’est exactement ce à quoi tu t’attends.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !