•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa ordonne à la GRC d’éliminer plusieurs techniques d’arrestation

Chargement de l’image

La GRC permet toujours à ses agents de placer un genou sur le haut du corps d'une personne dans certains cas.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Deux ans après le meurtre de George Floyd, le gouvernement canadien annonce qu'il ordonnera bientôt à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) d'interdire l'utilisation des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et la technique d’immobilisation par prise de cou ou attache cervicale.

Dans une entrevue accordée à CBC News, à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort de M. Floyd lors d'une intervention policière, le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que son bureau demandera dans les prochains jours à la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, de mettre fin à l’utilisation des techniques les plus controversées de la police.

Bien que le gouvernement fédéral ne supervise pas les agents policiers locaux, M. Mendicino espère que sa directive à la GRC servira de plan de réforme pour les services de police du pays.

Certains services de police ont déjà pris ces mesures, mais nous pensons qu'avec un ensemble de nouvelles politiques modernes concernant l'utilisation de la force par la GRC, cela pourrait servir de modèle national, a déclaré M. Mendicino à CBC.

Lorsqu'on lui a demandé plus de détails sur l'entrée en vigueur de ces mesures, le ministre affirme qu'il s'attend à ce que la GRC s'efforce de mettre fin à l'utilisation de ces techniques d'ici la fin de l'année.

Une technique différente de celle du policier qui a tué Floyd

Les chiffres obtenus par un chercheur basé à Ottawa, Ken Rubin, en vertu de la loi sur l'accès à l'information montrent que la technique de la retenue cervicale, bien que rare, est toujours utilisée au Canada.

La GRC a soutenu que la technique d'attache cervicale exerce une pression sur les deux côtés du cou sans restreindre les voies respiratoires et provoque une brève période d’inconscience qui permet aux policiers de faire passer les menottes.

Tous les trois ans, selon la GRC, les agents doivent suivre une formation de mise à niveau sur la technique d’immobilisation par prise de cou et sur l'usage des gaz lacrymogènes.

La GRC a revu son utilisation des attaches cervicales depuis le meurtre de Floyd. Parfois appelée retenue carotidienne, prise dormante ou étranglement sanguin, elle diffère de la retenue utilisée par le policier de Minneapolis qui a tué M. Floyd.

M. Floyd est décédé après que le policier de Minneapolis, Derek Chauvin, se fut agenouillé sur son cou pendant plus de huit minutes. Les jurés ont déclaré l'agent Chauvin coupable de meurtre au deuxième degré, de meurtre au troisième degré et d'homicide involontaire pour avoir causé la mort de l'Afro-Américain. Il a été condamné à 22 ans et demi de prison.

Selon une note d'information obtenue par CBC News, la GRC permet toujours à ses agents de placer un genou sur le haut du corps d'une personne dans certains cas.

Avec les informations de David Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !