•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la découverte de la lutte nordique, ce nouveau sport venu de Sibérie

Chargement de l’image

Pour gagner, le joueur doit prendre le bâton à son adversaire.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Le mas wrestling, aussi appelé la lutte nordique en français, est un sport traditionnel originaire de Sibérie qui s'implante au Canada depuis cinq ans.

La majorité des athlètes Canadiens vivent à Calgary et s’entraînent dans la salle de sport The Strength Edge, loin des regards du centre-ville.

Entourés de machines de musculation, ils s'affrontent un contre un, assis face à face, les pieds posés sur une planche centrale et tiennent tous les deux un bout de bois.

Au signal de l'arbitre, chaque adversaire tire le plus fort possible pour déstabiliser l’autre. Le premier qui lâche le bout de bois, qui décolle ses pieds ou touche le sol avec ses genoux, perd la partie.

Deux femmes sont assises face à face avant un match de lutte nordique. Un arbitre est debout entre les deux, prêt à commencer le match.

Des athlètes à Calgary s'entraînent dans la salle de sport The Stregth Edge et pratiquent le mas wrestling, ou la lutte nordique en français.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

C'est un sport traditionnel de la culture nomade iakoute qui vient de la République de Sakha en Sibérie et que seuls des initiés connaissent en Occident.

L’Albertain Andrew Bolinger, ingénieur électricien de profession, espère populariser cette discipline qu'il a découverte en 2017.

Chargement de l’image

Andrew Bolinger a terminé troisième lors d'une compétition mondiale en Finlande fin 2021.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

On m'a invité à un championnat en Russie parce que j'étais connu pour avoir un dos très musclé, explique le vice-président de l'Association canadienne de lutte nordique.

Je n'en avais jamais fait avant. J'ai perdu, mais je suis tout de suite tombé amoureux de ce sport. C’est aussi une expérience culturelle à cause de tous les pays exotiques qui y participent. Il y a des gens de Madagascar, de Corée du Sud, d’Inde ou de Pologne.

Sur la scène internationale, les Russes, les Pakistanais, les Hongrois et les Américains sont parmi les meilleurs à ce sport de niche.

Force et mental

La lutte nordique fait travailler tout le corps. Ses adeptes s'entraînent, principalement, en soulevant des poids et des barres.

Tout est une question de force, assure Manraj Sing Sekhon, qui s’exerce depuis deux ans. C'est plus dynamique et amusant d'être face à une personne que d'être seul à soulever des poids sur une machine.

Ce travailleur dans la construction avoue que certains proches trouvent sa nouvelle passion stupide et dangereuse. Le mental est très important. Si vous doutez, vous perdez, ajoute Manraj Sing Sekhon.

Les femmes sont encore rares dans cette discipline. Étudiante de 26 ans en psychologie à l’Université de Calgary, Courtney Hollihan fait partie des exceptions. Elle s'entraîne tous les samedis.

Il faut être stratégique et s'entraîner beaucoup pour gagner. À force, on développe des réflexes qui sont indispensables puisqu'un combat ne dure que quelques secondes, dit-elle.

Chargement de l’image

Courtney Hollihan, à gauche, a découvert ce sport l'année dernière.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Du sirop d'érable contre des conseils

Courtney Hollihan a participé à une compétition en Finlande au mois de décembre où elle a pu rencontrer les vedettes du milieu, des femmes féroces et très fortes.

J'ai apporté du sirop d'érable pour leur donner en échange de techniques, par exemple, pour gagner en tenant le bâton d'une certaine façon, se rappelle-t-elle.

Chargement de l’image

Les adeptes de ce sport font beaucoup de musculation.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Selon Andrew Bolinger, qui a participé à cinq compétitions à l'étranger et douze au pays, le Canada ne compte qu’une cinquantaine de pratiquants, principalement en Alberta. Nous voulons développer ce sport à l’est pour y organiser des évènements.

Le grand rendez-vous mondial, que personne ne veut manquer, se tiendra en Russie au mois de juin, mais les athlètes canadiens pourraient annuler leur déplacement à cause de la guerre en Ukraine. La prochaine compétition au Canada aura lieu à Edmonton, le 28 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !