•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La directrice de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges à Ottawa quitte son poste

Chargement de l’image

L'École secondaire catholique Béatrice-Desloges

Photo : Gracieuseté : Conseil des écoles catholiques du Centre-Est

Radio-Canada

La directrice de l'École secondaire Béatrice-Desloges à Ottawa quittera son poste à la fin du mois. Le directeur adjoint de l'École secondaire catholique Garneau, Sébastien Pharand, prendra sa place à compter du 30 mai.

Le Conseil des écoles catholiques du centre-est (CECCE) a fait l'annonce du départ de Marie-Claude Veilleux mercredi, dans une lettre adressée aux parents.

La directrice actuelle de l'école secondaire restera à l'emploi du conseil scolaire. Elle sera mutée au Service de soutien à l’apprentissage.

Monsieur Pharand œuvre au sein du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est depuis 2004 et occupe présentement un poste de directeur adjoint à l’École secondaire catholique Garneau, peut-on lire dans la lettre envoyée aux parents.

« C’est un retour aux sources pour ce professionnel qui a travaillé à l’école Béatrice-Desloges durant plus de 15 ans comme enseignant en arts. »

— Une citation de  extrait de la lettre envoyée aux parents par le CECCE

Grâce à son leadership et ses compétences dans le domaine des arts, il saura très certainement contribuer à l’essor de l’Académie des arts de cette école, est-il également écrit.

Application contestée du code vestimentaire

Cette annonce survient deux semaines après que l'établissement ait été plongé dans une controverse entourant l'application du code vestimentaire.

Des élèves avaient dénoncé par centaines la méthode jugée « humiliante » qui avait été utilisée par le personnel afin d'appliquer le code vestimentaire de l’établissement.

Plus de 500 jeunes avaient manifesté bruyamment en face de l'école secondaire, dans l'est d'Ottawa, pancartes à la main, pour exiger des explications quant à la manière dont l'examen corporel s'était déroulé.

Des policiers avaient été appelés en renfort par la direction de l’établissement pour assurer la sécurité.

Dans la lettre envoyée au parent par le CECCE, on ne fait mention d'aucun lien entre la récente controverse et le départ de la directrice de l'école secondaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !