•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier cas de variole simienne confirmé à Toronto

Chargement de l’image

Habituellement rares, des cas de variole simienne ont récemment été déclarés dans différents pays, notamment au Canada.

Photo : Reuters / Dado Ruvic

Radio-Canada

Des analyses en laboratoire ont confirmé jeudi une première contamination à la variole simienne à Toronto, a indiqué la santé publique de la Ville.

L’état de santé du malade demeure stable pendant qu'il se rétablit à l'hôpital, précise le communiqué.

En outre, deux Torontois qui avaient été identifiés comme des cas suspects ont reçu des résultats négatifs à leurs tests de dépistage de la variole simienne.

Trois nouveaux cas suspects ont toutefois été signalés jeudi, auxquels s’ajoute un cas probable déjà connu.

Ces quatre personnes subissent des tests de laboratoire pour déterminer si elles sont atteintes du virus et poursuivent leur convalescence à leur domicile, indique la santé publique.

Un cas probable de variole simienne est défini comme une personne présentant des symptômes du virus, notamment une éruption cutanée, et un contact avec un cas confirmé ou probable, un voyage dans une région où un cas confirmé a été détecté ou une exposition à un animal infecté.

Les personnes n'ayant pas de lien épidémiologique mais présentant les signes et symptômes associés à la maladie, y compris l'éruption cutanée, sont classées comme des cas suspects.

« Bien que le virus de la variole [simienne] ne se transmette généralement pas facilement d'une personne à l'autre, il a été détecté à Toronto et les habitants doivent être conscients des symptômes du virus. »

— Une citation de  Extrait de la déclaration de la santé publique de Toronto

Le virus de la variole simienne se transmet par un contact prolongé en face à face ou un contact corporel avec une personne infectée, même avant l'apparition des symptômes, indique-t-on.

Les cas présentement recensés sont liés à des relations sexuelles entre hommes, précise aussi la santé publique, mais toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, peut transmettre la variole simienne par contact avec des fluides corporels, des plaies infectées ou en partageant des objets contaminés, selon le communiqué de presse.

La Ville demande aux résidents qui présenteraient des signes et symptômes de variole simienne de les signaler à leur médecin dès que possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !