•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie de Lyme : un fardeau pour les malades et leurs proches

Une tique à pattes noires sur une main humaine.

Les tiques à pattes noires peuvent être porteuses de la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Photo : Radio-Canada / Tyson Koschik

Des familles touchées par la maladie de Lyme en Nouvelle-Écosse demandent un diagnostic plus rapide, un traitement plus efficace et le développement d'un vaccin.

Joseph Tooley est atteint de la maladie de Lyme depuis trois ans.

Si je fais de l'exercice ou quoi que ce soit qui fait bouger mes jambes trop, le prochain jour, je trouve ça difficile de marcher, dit-il.

Ce résident de Bridgewater a dû voir trois médecins avant de recevoir le bon diagnostic et se faire prescrire des antibiotiques.

« On devrait être plus prêts à traiter [la maladie] le plus vite possible. »

— Une citation de  Joseph Tooley
Chargement de l’image

Joseph Tooley se bat contre la maladie de Lyme depuis 2019.

Photo : Google Meet

La maladie de Lyme ne touche pas seulement la personne infectée, mais aussi ses proches. Susanne Marquardt accompagne son mari, William Lindsay, qui a contracté la maladie de Lyme l'été dernier près de Liverpool. C'est vrai qu'il a changé complètement, dit-elle.

Le couple se souvient que, lorsque les premiers symptômes sont apparus, une infirmière a cru que William Lindsay avait la COVID-19. Ce n'est que lorsque Susanne Marquardt a remarqué une rougeur derrière le genou de son mari que le diagnostic a été posé.

Chargement de l’image

Susanne Marquardt et William Lindsay n'apprécient plus le plein air comme avant.

Photo : William Lindsay

« Je n'ai plus la joie de vivre. »

— Une citation de  William Lindsay

Le couple souhaiterait un dépistage plus fiable de la maladie, mais aussi le développement d'un vaccin. Si on a un vaccin pour les chiens, pourquoi on n'a pas un vaccin pour nous autres?, demande Susanne Marquardt.

40 % de tiques porteuses de la maladie

La biologiste Vett Lloyd estime que, dans certaines régions de la Nouvelle-Écosse, 40 % des tiques portent désormais la maladie de Lyme.

Chargement de l’image

La tique peut s'accrocher aux humains en forêt. Il faut porter des vêtements couvrant les jambes et les bras.

Photo : Radio-Canada

Ce chiffre inquiète Nick Ogden, directeur de la division des sciences des risques pour la santé publique du Laboratoire national de microbiologie.

Quand on a 30 % des tiques infectées et capables de nous infecter, ça, c'est un risque important pour la santé publique, dit-il.

Besoin de conseils

Le Québec a récemment annoncé le déploiement d'une quinzaine de cliniques spécialisées sur son territoire. L'idée plaît à Christina Robar, dont la fille de 4 ans souffre de la maladie depuis l'automne dernier.

J'aimerais juste qu'on m'aide à gérer les symptômes en attendant que l'infection passe, mais je n'arrive même pas à obtenir cette aide ou des conseils, regrette-t-elle.

Chargement de l’image

Raelynn Robar se plaint encore de douleurs aux articulations.

Photo : Christina Robar

Dans un courriel à Radio-Canada, le ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse rappelle les précautions de base pour éviter d'être infecté, comme vérifier qu'on n'a pas de tique sur soi, rentrer la chemise dans le pantalon et le pantalon dans les chaussettes, ou encore tondre la pelouse régulièrement.

Le ministère indique aussi que les Néo-Écossais peuvent consulter leur pharmacien pour déterminer s'ils devraient prendre un traitement préventif contre la maladie de Lyme s'ils se font piquer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !