•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hay River : une communauté unie pour faire face aux conséquences des inondations

Chargement de l’image

Ashley et Ray Coombs ont commencé à nettoyer leur propriété de Paradise Gardens il y a plus de deux semaines. Ils ont dû creuser un trou dans leur maison pour accéder à leurs affaires.

Photo : Loren McGinnis / CBC

Radio-Canada

La reconstruction a commencé, à Hay River. Certains en sont à évaluer les dégâts causés par les inondations qui ont frappé, au début du mois, d’autres ont les mains dans la boue pour sauver ce qui peut l’être. Les bénévoles, eux, s’activent toujours.

Ashley et Ray Coombs ont entamé le nettoyage de leur propriété de Paradise Gardens il y a déjà plus de deux semaines, mais malgré les efforts, ils ont l'impression que cela ne finira jamais.

C’est une catastrophe de presque 30 acres (12 hectares).

Le couple, qui a trois enfants, a eu du mal à retourner vers sa maison, à cause des débris et de la glace qui jonchaient la zone à la suite des inondations. Il a aussi dû creuser un trou sur l’un des côtés de la propriété pour sortir ses effets et commencer à les faire sécher.

Selon Ray Coombs, c’est le sous-sol qui a été le plus endommagé, l'eau étant montée à environ 2,20 mètres.

Même s’ils savent qu’ils ont encore beaucoup à faire pour sauver ce qui peut l’être et entreprendre les démarches administratives auprès de leur assurance, Ray et Aschley Coombs se considèrent tout de même comme chanceux.

On n’est pas les seuls. Mais, au moins, notre maison peut être sauvée, et nous pouvons tourner la page sur cette tragédie, explique Ray Coombs.

Chargement de l’image

Ray Coombs affirme que son sous-sol a été très endommagé par les inondations de mai 2022 à Hay River.

Photo : Loren McGinnis / CBC

Il loue aussi le sens de la communauté qui s’est développé ces dernières semaines

« C’est juste incroyable à quel point les gens peuvent se rassembler et s’aider mutuellement dans des moments comme celui-ci. »

— Une citation de  Ray Coombs, habitant de Hay River

Ce n’est pas Jill Morse qui le contredirait. Celle qui s’occupe de coordonner les bénévoles pour la Ville n’en revient toujours pas de l’engagement de ces derniers et se réjouit de leurs nombreuses interventions.

Qu'il s'agisse d'entrer dans un sous-sol rempli d'eau, de nettoyer des meubles trempés, de donner de leur temps, de cuisiner [ou] d'apporter de la nourriture aux personnes évacuées, ils étaient là pour prêter main-forte.

Chargement de l’image

Jill Morse coordonne l'action bénévole pour la Ville de Hay River.

Photo : Natalie Pressman / CBC

Des équipes de nettoyage bénévoles sont sur le terrain depuis plusieurs jours et prêtent main-forte aux sinistrés. Jill Morse affirme qu’environ 34 maisons ont été nettoyées à ce jour.

Elle note aussi que la demande pour les repas baisse un peu, signe discret que les choses commencent doucement à s’améliorer.

Je suis très impressionnée par la façon dont la Ville et les habitants ont fait face à la situation.

Du côté du club de ski de Hay River, on attend aussi beaucoup de l’élan solidaire.

Chuck Lirette, le président de la structure qui est dirigée par des bénévoles, explique que les pistes qui se trouvent près de la rivière, comme la boucle de 2 kilomètres, sont les plus endommagées.

Ce n'est qu'un enchevêtrement d'arbres, de saules, de bois flotté, de glace et de boue.

Il s’interroge donc sur la façon d’y accéder, car pour remettre en état les sentiers qui servent aux skieurs l'hiver et aux randonneurs et vététistes l’été, il va falloir s’y frayer lentement un chemin d’une manière ou d’une autre .

Chargement de l’image

Chuck Lirette, le président du club de ski de Hay River, regarde les décombres qui jonchent les pistes, le mercredi 25 mai.

Photo : Loren McGinnis / CBC

M. Lirette pense que des machines lourdes pourraient dégager les arbres et que les bénévoles pourraient prendre le relais par la suite.

Mais, si nous n'obtenons pas de financement, ce sont les bénévoles qui devront s'occuper des tronçonneuses et des débroussailleuses, et nous devrons travailler dur.

S’il reconnaît que la remise des sentiers pour la prochaine saison d’hiver peut sembler moins importante, alors que de nombreux habitants ont perdu leurs maisons, il estime que le club de ski est ce qui fait battre le cœur de la communauté.

On aimerait nettoyer pour cet automne.

Avec des informations de Loren McGinnis, Natalie Pressman et Sara Minogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !