•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inflation : le N.-B. est la seule province en Atlantique à ne pas avoir annoncé d’aide

Isang lalaki na nasa cashier.

L'inflation a atteint 7,6 % le mois dernier au Nouveau-Brunswick.

Photo : Bloomberg / Luke Sharrett

La Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et maintenant Terre-Neuve ont annoncé une série de mesures pour aider leurs citoyens à vivre avec l’inflation galopante des derniers mois.

Selon Statistiques Canada, l’inflation au Nouveau-Brunswick a grimpé à 7,6 % le mois dernier. C’est le deuxième taux le plus élevé au Canada. Seule l’Île-du-Prince-Édouard a enregistré une inflation plus forte.

L’inflation touche davantage les plus pauvres

L’économiste Richard Saillant souligne que l’inflation affecte davantage le Nouveau-Brunswick, par rapport aux autres provinces canadiennes.

Les gens à travers le pays ne consomment pas dans les mêmes proportions tous les biens et services, donc au Nouveau-Brunswick, comme nos revenus sont plus faibles, et qu’on est davantage rural, on consacre davantage de nos ressources, de nos budgets sur des biens essentiels comme les aliments et l’énergie.

L’inflation pour les besoins de base comme la nourriture, l’énergie et le logement est beaucoup plus élevée que le taux moyen, souligne l’économiste. Comme les ménages à faible revenu consacrent l’essentiel de leurs budgets à ces besoins de base, pour eux, les impacts de l’inflation sont beaucoup plus grands.

L'économiste Richard Saillant, lors du dépôt du budget provincial au Nouveau-Brunswick, à Fredericton, le 22 mars 2022.

L'économiste Richard Saillant dit que l'impact de l'inflation est beaucoup plus important pour les familles à faible revenu.

Photo : CBC

L’inflation pour ces gens-là est beaucoup plus élevée que 7,6 %, parce que le coût de l’essence est en hausse de 38 %, et le coût des aliments est en hausse de 10 %, le logement lui c’est autour de 7 %, donc on pourrait dire en réalité que les gens qui ont des revenus plus faibles sont bien davantage affectés par l’inflation que les autres Néo-Brunswickois et les autres Canadiens, précise-t-il.

Les libéraux et les verts pressent le gouvernement d’agir au plus vite. Le prix de l’épicerie est à la hausse énormément, donc le frigidaire est à moitié vide, et la tank à gaz est à moitié vide, c’est difficile pour ces gens-là, déplore Roger Melanson, le chef libéral par intérim.

L’idée d’offrir une aide directe fait son chemin

Des provinces comme Terre-Neuve-et-Labrador ont annoncé des remboursements directs aux familles à faible revenu.

Un homme fait le plein.

La hausse du prix de l'essence affecte directement les consommateurs, et davantage les ménages à faible revenu.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Richard Saillant croit qu’une mesure semblable pourrait être appliquée au Nouveau-Brunswick. Comme les prix du pétrole sont élevés pour l’instant, on pourrait peut-être retourner une partie des recettes des taxes sur le pétrole, ou même les recettes générales de l’État, vers les gens qui ont des moyens plus faibles pour les compenser, pour l’inflation causée principalement par la hausse du pétrole, suggère-t-il.

Les libéraux proposent, quant à eux, une remise de 500 $ pour les familles dont le revenu est de 25,000 $ et moins annuellement.

Les verts souhaitent un véritable contrôle des loyers

Déjà, de nombreux ménages à faible revenu consacrent plus de 30 % de leurs revenus pour se loger. Dans certains cas, cette proportion grimpe à 60 %.

L’insuffisance des programmes fédéraux, qui sont loin de répondre aux besoins, n’a pas permis d’améliorer une situation qui continue à se détériorer.

Kevin Arseneau.

Le député du Parti vert, Kevin Arseneau, presse le gouvernement conservateur de venir en aide aux ménages affectés par l'inflation.

Photo : Radio-Canada

Le Parti vert propose un véritable contrôle des loyers permanent, ce qui a été rejeté encore cette semaine par le gouvernement conservateur.

Vraiment, au niveau d’un contrôle des loyers, ce qui touche beaucoup plus les gens en position de vulnérabilité, les jeunes, les personnes âgées, et de plus en plus, le monde en général, les loyers sont vraiment, ils augmentent de façon assez significative, explique Kevin Arseneau, député de Kent-Nord.

Pour sa part, l’économiste Richard Saillant estime que le gouvernement pourrait offrir des subventions au logement bonifiées, afin d’aider les ménages.

D’autres mesures sont proposées face à l’inflation

Les libéraux suggèrent d’éliminer la taxe provinciale sur l’essence de 10 cents, pour une période de quatre mois. Cela, selon Roger Melanson, pourrait être fait dès minuit ce soir.

Si le premier ministre annonce quelque chose qui va faire aux gens de bénéficier d’une réduction du prix à la pompe ou même d’augmenter leur pouvoir d’achat seulement à la fin de l’année fiscale par des crédits d’impôt, ou des choses du genre, on sera extrêmement déçus et on va certainement remettre ça en question, lance le chef libéral.

Roger Melanson.

Roger Melanson est le chef par intérim du Parti libéral du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Les verts proposent, quant à eux, d’éliminer la portion provinciale de la TVH, une mesure, selon Kevin Arseneau, qui pourrait soulager dès maintenant les personnes à faible revenu.

Le député vert insiste aussi sur l’importance d’éliminer toute forme d’évasion fiscale dont bénéficient de grandes entreprises, une pratique qui impose un poids démesuré sur l’ensemble des contribuables.

Ils ne participent même pas au bien commun, et nous on les encourage en plus en leur donnant des subventions, ça fait que ça, pour moi, la redistribution de la richesse est à la base du problème, sans mesures concrètes pour assurer une redistribution de la richesse vers la classe ouvrière, l’inflation va continuer de frapper beaucoup plus fort, estime Kevin Arseneau.

Le député Arseneau propose aussi d’augmenter les salaires des fonctionnaires provinciaux, ainsi que les prestations d’aide sociale. Comme le fait remarquer Richard Saillant, ces prestations sont augmentées en fonction du taux d’inflation de l’an dernier, soit 3,8 %, alors que l’augmentation du coût de la vie est beaucoup plus élevée, en ce moment.

Penser à long terme

L’économiste Richard Saillant fait remarquer qu’il est rare que les prix des biens de consommation diminuent, une fois qu’ils ont augmenté. Il faudra donc, insiste-t-il, penser aux conséquences à long terme de l’inflation.

Il risque d’y avoir un effet permanent de l’inflation qu’on connaît présentement. L’ampleur de cet effet-là reste à déterminer, mais il y a fort à parier que les Néo-Brunswickois, particulièrement les Néo-Brunswickois les plus démunis, font face présentement à un appauvrissement permanent, souligne-t-il.

Pour les verts, le gouvernement devrait déjà penser à des solutions à long terme pour assurer le bien-être de la population.

Si je regarde les solutions à long terme, une stratégie alimentaire d’agriculture locale, augmenter notre production locale, propose Kevin Arseneau.

Le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, Daniel Allain, a laissé entendre lors d'une entrevue à l'émission La matinale que Fredericton s'apprêtait à faire une annonce en lien avec l'inflation, sans toutefois en révéler la teneur. Il n'a pas précisé, non plus, quand aurait lieu cette annonce.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !