•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain consulte les diabétiques à propos de la pompe à insuline

Chargement de l’image

Le gouvernement a annoncé la suspension du programme de pompe à insuline le 2 mai, mais s'est rétracté 10 jours plus tard.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’assemblée publique téléphonique de la semaine dernière avec des Albertains souffrant de diabète était la première étape d'une consultation plus vaste auprès de cette population, selon le ministre de la Santé, Jason Copping.

C’est [le] premier pas d’une consultation pour aider les gens à comprendre notre raisonnement initial, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sur un autre sujet, mercredi.

Le 2 mai, le gouvernement provincial a annoncé la suppression du programme de pompe à insuline, mais, devant la levée de boucliers qui s'en est suivie, il a décidé de suspendre cette mesure 10 jours plus tard.

Santé Alberta affirmait que la dissolution du programme de pompe à insuline allait permettre aux Albertains d'accéder à des technologies de soins plus avancées.

Nous devons amorcer maintenant la prochaine étape, qui est de recueillir le plus de rétroaction possible [sur] l’impact de cette mesure sur les individus. Après, nous pourrons prendre une décision.

Une des personnes qui a assisté à l’assemblée publique, Lesley Thompson, a l’impression que le gouvernement prévoit tout de même mettre fin au programme de pompe à insuline, malgré les critiques.

Selon elle, le gouvernement a préféré faire la promotion des autres régimes de couverture médicale pour cet équipement au lieu d’écouter les questions des gens.

Lesley Thompson, qui est aussi membre du groupe militant Pump4Life, dit que les fonctionnaires participant à l’appel n’ont pas nécessairement compris toutes les craintes d'ordre financier de la part des usagers du programme.

J’ai ressenti [...] qu’il allait foncer à pleine vapeur vers la suppression du programme tel qu’on le connaît pour se tourner vers un programme payant.

Jason Copping a reconnu que la province n’avait pas bien expliqué les changements apportés au programme pour ses 4000 usagers. L’assemblée publique téléphonique était censée remédier à ce problème.

Jason Copping a aussi affirmé qu'il était important que les traitements contre le diabète restent abordables. Par contre, il n’a pas donné plus de détails à ce sujet.

Une pompe à insuline peut coûter de 5000 $ à 7000 $ et doit se faire remplacer tous les cinq ans.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !