•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les verts espèrent faire une percée dans Parry Sound–Muskoka

La circonscription est demeurée bleue depuis sa création en 1999, mais le parti de Mike Schreiner pense pouvoir la ravir.

Chargement de l’image

Un bénévole vert participe à une séance de porte-à-porte avec le chef, Mike Schreiner, et le candidat local dans Parry Sound–Muskoka, Matt Richter.

Photo : Radio-Canada

Chargement de l’image

Une pancarte du candidat conservateur Graydon Smith est soigneusement installée sur la pelouse d'une maison cossue de Hunstville. Qu'à cela ne tienne, Mike Schreiner décide d'aller frapper à la porte, avec l'ambition de convaincre les occupants. Quelques minutes plus tard, après une conversation cordiale : « On est passé d'un non, à un peut-être », s'exclame le chef des verts.

Avec une dizaine de bénévoles, Mike Schreiner sillonne les rues d'un quartier situé en bordure de la baie Hunters. Son candidat, Matt Richter, est à ses côtés pour un blitz de porte-à-porte. Les deux hommes parlent de signaux encourageants lorsqu'on les questionne sur leurs chances de l'emporter le 2 juin dans Parry Sound–Muskoka.

Chargement de l’image

Le candidat Matt Richter parcourt les rues de Huntsville en compagnie de son chef pour convaincre les électeurs de voter vert.

Photo : Radio-Canada

Depuis que le Parti libéral a désavoué son candidat, les chances du Parti vert sont plus réelles que jamais. Une lutte à deux semble maintenant se dessiner avec les progressistes-conservateurs, qui ont la mainmise sur la région depuis 1999 (année de création de la circonscription).

Or, le député sortant a choisi de ne pas solliciter un nouveau mandat. Avec le départ à la retraite de notre député de longue date, les électeurs ont l'occasion de se demander ce qu'ils veulent, croit le candidat Matt Richter. L'enseignant est certainement le poulain du parti.

Bob Hall a fait la route depuis la région de Peterborough pour venir prêter main-forte au candidat. Lui aussi enseignant, il est convaincu que la victoire est dans le sac pour Matt Richter. Matt a travaillé très très dur au fil des ans, il a créé une base et tout se met finalement en place, raconte le bénévole, avant de se diriger vers une maison qui n'a toujours pas reçu la visite des verts.

« Je n'ai jamais rien vu de tel, la vague verte qui déferle ici. C'est incroyable! »

— Une citation de  Bob Hall, bénévole

En coulisses, les verts admettent tout miser sur les circonscriptions de Guelph (remportée par Mike Schreiner en 2018) et de Parry Sound–Muskoka. Le parti a récemment ralenti la cadence dans University–Rosedale, une autre circonscription qui était initialement dans leur mire.

Le pronostic pour la candidate Dianne Saxe semble se cristalliser; la victoire serait hors de portée, même si l'on comptait sur l'ancienne commissaire à l'environnement pour créer la surprise dans cette circonscription convoitée du centre-ville de Toronto.

Chargement de l’image

La candidate vedette Dianne Saxe, ancienne commissaire à l'environnement de l'Ontario, et le chef des verts Mike Schreiner lors du lancement de la campagne.

Photo : Radio-Canada

Doug Ford n'a pas dit son dernier mot

L'équipe de Doug Ford a peut-être senti la montée des verts dans Parry Sound–Muskoka, puisqu'elle a décidé d'envoyer le premier ministre sortant visiter la circonscription le week-end dernier. Doug Ford a même téléphoné à des électeurs pour tenter de les persuader d'appuyer pour son candidat local.

Chargement de l’image

Le premier ministre sortant, Doug Ford, a donné un coup de main à son candidat en appelant des électeurs.

Photo : Radio-Canada

L'élection de Graydon Smith, le maire de Bracebridge, devait être une formalité. Le coup de pouce de Doug Ford n'est donc pas banal. Le chef progressiste-conservateur a même des raisons personnelles de vouloir conserver la circonscription : c'est là que se situe son célèbre chalet. Devant les caméras, Doug Ford continue de se montrer rassurant face à la popularité grandissante de Matt Richter.

Oui, les gens qui profitent [du retrait des libéraux] sont les verts. Ils gagnent quelques points, avoue Doug Ford. Mais je crois fermement que les habitants de Parry Sound–Muskoka éliront le maire Graydon Smith.

Une demande d'entrevue de Radio-Canada avec le candidat progressiste-conservateur local, Graydon Smith, a été refusée.

De leur côté, les verts entendent intensifier les efforts sur le terrain. Des bénévoles de partout en Ontario doivent converger vers Parry Sound–Muskoka ce week-end pour convaincre un maximum d'électeurs d'oser opter pour le changement.

Je ne suis pas contente de ce qu'ont fait les progressistes-conservateurs et j'aime la plateforme des verts, donc je dis : allez les verts!, lance Cristine Roberts, une infirmière qui croit aux chances du Parti vert cette année.

On se balance d'une autre autoroute ici, mais on se préoccupe de nos espaces verts, explique Maurice Leblanc, un autre résident rencontré, cet après-midi-là.

« Il y a une occasion de changement. »

— Une citation de  Maurice Leblanc, résident

Les verts filent-ils vers la victoire dans Parry Sound–Muskoka? Certains électeurs n'en sont pas convaincus. Les gens de la région sont reconnus pour leur fidélité envers les progressistes-conservateurs, expliquent des résidents rencontrés à Parry Sound. La population est plus âgée, ce qui avantage souvent le parti de Doug Ford.

De retour en bordure de la baie Hunters, Matt Richter se déplace à une vitesse fulgurante d'une maison à l'autre. Ses longues jambes lui sont utiles et l'endurance n'est pas un problème pour cet adepte du vélo de montagne. Après quatre tentatives infructueuses, cette cinquième élection pourrait finalement lui ouvrir les portes de Queen's Park.

Chargement de l’image

Matt Richter se présente pour le Parti vert pour la cinquième fois dans la circonscription de Parry Sound–Muskoka.

Photo : Radio-Canada

Les circonstances sont favorables, nous avons des appuis comme jamais auparavant, se réjouit-il, les étoiles dans les yeux.

Maintenant que les verts semblent si près du but, la défaite pourrait être encore plus douloureuse. Les environnementalistes préfèrent ne pas y penser, et continuer de frapper aux portes.

Ce que nous observons ici, c'est une nouvelle page d'histoire, indique Bob Hall. Pour lui, la défaite n'est pas une option.

L'environnement, un enjeu négligé

Tout indique que la crise climatique ne sera pas la question de l'urne pour une majorité d'électeurs. Coût de la vie, infrastructures, santé; les Ontariens ont choisi leurs priorités et l'environnement n'arrive pas en tête.

Nous sommes le seul parti qui a parlé de la crise climatique depuis le début de la campagne, déplore le chef vert, Mike Schreiner.

Chargement de l’image

Mike Schreiner estime qu'il est le seul chef qui a mis les enjeux climatiques à l'avant-plan de sa campagne.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Les tempêtes violentes qui ont balayé une partie de la province la semaine dernière ont toutefois remis la question à l'avant-plan.

Devant cet autre épisode météorologique extrême, Doug Ford a dû défendre son bilan environnemental et les nouvelles autoroutes qu'il promet construire. Ses adversaires politiques sont même allés jusqu'à l'accuser d'être climatosceptique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !