•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain force Edmonton à augmenter la présence policière au centre-ville

Chargement de l’image

Le ministre de la Justice, Tyler Shandro, et le ministre adjoint à la Santé mentale et aux Dépendances, Mike Ellis, discutent avec des agents du Service de police d'Edmonton.

Photo : Fournie par le gourvernement de l'Alberta

Le ministre de la Justice invoque la Loi sur la police pour forcer le maire d’Edmonton à s’attaquer à la violence dans le centre-ville. Il demande que le maire présente un plan de sécurité publique d’ici deux semaines « pour augmenter la réponse policière » au désordre dans le quartier.

Il est évident que les résidents ne se sentent pas à l'aise ni en sécurité dans le cœur du centre-ville, notamment lorsqu’ils utilisent le transport en commun, écrit le ministre Tyler Shandro dans une lettre au maire d’Edmonton (en anglais (Nouvelle fenêtre)), Amarjeet Sohi.

Tyler Shandro souligne que le nombre de crimes violents signalés dans le centre-ville a augmenté de 11 % entre 2020 et 2021.

La gestion des services policiers est une compétence municipale, mais le ministre a le droit d’intervenir s’il juge qu’une municipalité ne le fait pas adéquatement ou ne respecte pas toutes les clauses de la Loi sur la police.

Le maire Sohi accuse la province de faillir à ses responsabilités

C’est dommage que le gouvernement provincial nous rejette régulièrement la faute de l’insécurité [à Edmonton] alors même qu’il ne remplit pas sa part de responsabilité pour assurer la sécurité des résidents, a réagi jeudi le maire d'Edmonton, Amarjeet Sohi, lors d'une conférence de presse.

Il a expliqué que l’une des raisons à l’origine de l’insécurité à Edmonton est le peu d'investissements dans la sécurité.

Le sujet du financement de la police est au cœur de profonds débats depuis des mois à Edmonton.

Le conseil municipal a voté en faveur d’un budget opérationnel de 385 millions de dollars cette année, soit environ la même chose que l’an dernier. Il doit cependant poursuivre son débat sur le reste de la formule de financement, qui inclut par exemple les revenus associés aux radars, vendredi.

Alors que les appels à réduire ou à limiter l’augmentation continue des budgets policiers se sont multipliés, le gouvernement albertain a averti les municipalités à plusieurs reprises qu'elles ne devaient pas s’engager dans cette direction.

Les inquiétudes concernant la sécurité dans le train léger et dans le quartier chinois d’Edmonton sont revenues à l’avant-plan des débats ces dernières semaines.

Deux homicides sans provocations apparentes en une seule journée dans le quartier chinois ont poussé des dizaines et des dizaines de résidents à se présenter au conseil municipal, cette semaine, pour faire entendre leurs préoccupations.

La Ville a déjà promis d’embaucher 21 nouveaux agents de la paix qui patrouilleront dans les transports en commun.

Elle a aussi adopté cette semaine sa stratégie pour la sécurité communautaire, qui repose principalement sur la collaboration avec des agences communautaires locales pour répondre au désordre et à l’insécurité au centre-ville.

Le chef de police d’Edmonton a également dit que son service tenterait de réorganiser ses ressources pour patrouiller dans le centre-ville plus souvent. Mais plusieurs commerçants sont à bout de patience.

Propriétaire de la boutique Helm Clothing à Edmonton, Chad Helm a témoigné que son commerce a fait l'objet de deux entrées par effraction en l'espace de trois semaines.

Il est urgent d’éradiquer l’insécurité dans la ville. Des incidents criminels ont été rapportés dernièrement. Cela devient préoccupant, a-t-il déclaré.

Chad Helm voit d'un bon oeil l’intervention de la province dans la sécurité de la ville et espère que le gouvernement et la Municipalité collaboreront bientôt à cet effet plutôt que de continuer à se chicaner sur qui devrait faire quoi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !