•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta table sur les ambulanciers moins qualifiés pour pallier la pénurie de personnel

Le gouvernement promet aussi que 100 ambulanciers à temps plein seront embauchés d’ici septembre.

Une ambulance et deux professionnels de santé dans une rue d'Edmonton en mars 2020.

Le ministère de la Santé promet aussi que 100 ambulanciers à temps plein seront embauchés d’ici le mois de septembre. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Radio-Canada

Les répondants médicaux d’urgence sont temporairement autorisés à répondre à un plus large éventail d’appels sans l’assistance d’un technicien paramédical plus qualifié en Alberta. Le ministère de la Santé dit que c’est une des dix recommandations du comité consultatif pour remédier à la pénurie de personnel qui doivent être rendues publiques prochainement.

En Alberta, les appels au 911 ont augmenté de 30 % en 2021, et les temps de réponse des ambulances ont bondi bien au-dessus des cibles provinciales ces derniers mois.

Je sais que vous, les travailleurs médicaux, faites tout votre possible. Vous êtes fatigués et vous avez besoin d’aide. Nous vous avons entendus, a clamé le ministre de la Santé, Jason Copping, jeudi.

Alors que son ministère poursuit ses efforts pour embaucher davantage de personnel, il a annoncé que les exigences de personnel pour le transport des patients seront temporairement assouplies.

Ainsi, deux répondants médicaux d’urgence peuvent maintenant transporter des patients qui sont dans un état stable d’un établissement de santé à un autre.

Ils peuvent aussi répondre à des appels urgents, en compagnie d’un technicien paramédical en soins primaires ou en soins avancés, lorsqu’il n’y a pas d’autres solutions.

Les répondants médicaux d'urgence sont des ambulanciers qui ont suivi une formation de 6 à 12 semaines. Ils ne sont autorisés qu’à faire certaines des tâches que les techniciens paramédicaux en soins primaires, formés pendant au moins 6 mois, et les techniciens paramédicaux en soins primaires ou en soins avancés, formés pendant 2 ans, peuvent effectuer.

Selon Jason Copping, les assouplissements proposés ressemblent au système en vigueur en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Manitoba.

Il les a autorisés pendant un an grâce à un arrêté ministériel.

Une mesure parmi d’autres

Les syndicats représentant les ambulanciers tirent la sonnette d’alarme depuis des mois à propos de la pénurie de personnel.

Selon les données de la province, le nombre total d’appels au 911 a grimpé de 30 % en 2021.

Le temps qu’il faut pour trouver une ambulance disponible et l’envoyer sur place après un appel a bondi, surtout dans les premiers mois de 2022.

Le dernier budget albertain consacre 587 millions de dollars aux services paramédicaux, soit une hausse de 64 millions de dollars.

Environ 28 millions seront consacrés à l’embauche de personnel supplémentaire et l’achat de nouvelles ambulances régulières et aériennes.

Le ministre de la Santé assure d’ailleurs que ce travail est déjà bien entamé. Il promet qu'il y aura 100 employés supplémentaires d’ici septembre et que 19 ambulances de plus seront en fonction.

Le Ministère a également prolongé les contrats de 70 employés temporaires qui ont été embauchés en 2021 pour pallier les absences pour maladie des employés réguliers.

Par ailleurs, le comité consultatif mis sur pied pour pallier la pénurie devrait transmettre toutes ses recommandations au ministère de la Santé d’ici la fin du mois et produire un rapport final avant juillet.

Jason Copping assure toutefois qu’il voulait agir vite après certaines suggestions qui lui ont déjà été communiquées, dont les changements annoncés vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !