•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police abat un suspect à la suite du confinement d’écoles à Toronto

Le confinement préventif de cinq écoles a été levé.

Chargement de l’image

Des enfants retrouvent leurs parents à l'école publique William G Davis après la levée du confinement préventif dans cinq écoles, mis en place jeudi après le signalement d'une personne avec un fusil.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Un homme a été abattu par la police dans le quartier Port Union à Toronto pendant que plusieurs écoles étaient placées en confinement préventif à la suite de rapports faisant état de la présence d'une personne armée d'un fusil.

Le Service de police de Toronto (SPT) a été appelé dans un quartier résidentiel peu avant 13 h dans le secteur du croissant Maberley et de la route Oxhorn.

La police dit avoir localisé le suspect, qu'elle a décrit comme étant âgé d'environ 20 ans et portant une casquette blanche et un manteau long.

Deux agents ont ensuite tiré sur cette personne, qui a été déclarée morte sur les lieux et n'a pas encore été identifiée, a déclaré Kristy Denette, porte-parole de l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario (UES) en fin d'après-midi.

Chargement de l’image

Des personnes à l'extérieur de l'école publique William G Davis Junior qui a été temporairement confinée.

Photo : Radio-Canada / Mehrdad Nazarahari

Mme Denette dit ne pas croire que l'homme a répliqué au moment de l'intervention policière. Une arme à feu à canon long a été retrouvée sur les lieux, selon elle.

Une enquête est menée par l’UES, qui intervient dans des cas de blessures graves ou de morts liées à une intervention policière.

Toute personne qui pourrait avoir des informations sur cette enquête, y compris des vidéos ou des photos est invitée à contacter l'enquêteur principal au 1-800-787-8529 ou en ligne (Nouvelle fenêtre) (lien en anglais).

Dans un point de presse plus tôt jeudi, le chef du SPT, James Ramer, a tenu à rassurer le public.

« Je tiens à dire qu'il n'y a plus aucune menace pour le public, car nous croyons qu'il s'agit d'un incident isolé. »

— Une citation de  James Ramer, chef du Service de police de Toronto

Les écoles du voisinage confinées temporairement

Un confinement préventif a été levé dans cinq écoles présentes dans le voisinage : William G Davis, Joseph Howe, Centennial Road, Charlottetown et l'institut collégial Sir Oliver Mowat, selon ce qu'affirme le conseil scolaire public anglophone de Toronto (TDSB) sur Twitter.

Le chef Ramer a indiqué que les écoles concernées feront l'objet d'une surveillance policière au cours des prochains jours et que des services d'aide psychologique seront mis en place pour les enfants, les parents et les membres du personnel éducatif touchés.

Chargement de l’image

Un cordon de police boucle une zone à Scarborough, jeudi.

Photo : CBC/Evan Mitsui

C'est un jour difficile, a-t-il ajouté.

L'événement survient deux jours seulement après une tuerie perpétrée dans une école primaire du Texas, qui a fait 21 victimes, dont 19 enfants.

Interrogé sur l'éventualité que l'incident de Toronto soit lié à ce drame, le chef Ramer a déclaré qu'il ne souhaitait pas spéculer sur le sujet.

Des élèves terrifiés

Inaaya Zaman, qui est en 5e année à William G. Davis, a déclaré qu'elle avait réalisé que le confinement n'était pas un exercice lorsque celui-ci a duré plus de 20 minutes.

Il y a eu une fusillade de masse au Texas et c'était vraiment triste, alors sachant que cette personne était armée, j'ai l'impression qu'elle allait tirer sur l'école et je me sentais vraiment tendue, a-t-elle déclaré à CBC après que son père l'eut récupérée.

Selon elle, certains élèves étaient terrifiés à l'idée de faire du bruit, alors ils ont utilisé un tableau blanc pour communiquer.

C'était effrayant, a reconnu Anela Limanosk, qui est également en 5e année dans la même école.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.