•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De l’espoir pour éviter de fermer la garderie francophone Les P’tits Loups

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

Treize enfants sont actuellement inscrits à la garderie francophone Les P’tits Loups.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Émile Lapointe

Une réunion a eu lieu le 25 mai entre le conseil d’administration de la garderie et, entre autres, des représentants de la province pour tenter de trouver une solution pour la garderie francophone à Saint-Georges. Le 12 mai dernier, la garderie francophone Les P’tits Loups annonçait qu’elle allait fermer ses portes à la fin du mois en raison d’un manque de personnel. La province indique qu'elle pourrait l'aider financièrement.

On veut essayer de ne pas avoir d’interruption de service, mais, à partir du 3 juin, il n’y aura plus de personnel [à la garderie], explique l’agente de projet Centre d'appui à la jeune enfance du Manitoba à la Fédération des parents de la francophonie manitobaine (FPFM), Juliette Chabot, au micro de l'émission Le 6 à 9.

Elle précise que la garderie avait deux employés à temps plein en plus de quelques suppléants. Ces deux employés ont remis leur démission. On travaille à essayer de recruter des gens qui restent dans les petits villages [...] dans le voisinage de Saint-Georges, affirme Juliette Chabot.

La garderie est rattachée à l'École communautaire Saint-Georges, un village situé à 125 km à l’est de Winnipeg. Actuellement, 13 enfants y sont inscrits, mais le permis de l’établissement lui permettrait d’en accueillir jusqu’à 16, d’après la représentante de la FPFM.

C’est difficile de recruter parce c’est une plus petite communauté en zone rurale, admet Juliette Chabot. De plus, le recrutement des éducateurs en garderie en général est ardu à cause du salaire.

« Évidemment, tu peux aller travailler à la Co-op pour le même salaire que de travailler à un service de garde. »

— Une citation de  Juliette Chabot, agente de projet Centre d'appui à la jeune enfance du Manitoba à la FPFM

Si le personnel ne pouvait pas être remplacé à temps, une fermeture, même temporaire, de la garderie représenterait un défi pour les parents des enfants qui fréquentent la garderie Les P’tits Loups. C'est là que les parents trouvent [une autre option] pour quelques semaines, [...] mais ce n'est pas quelque chose qu'on veut à long terme, explique Juliette Chabot.

Des fonds disponibles

Juliette Chabot dit que la province a laissé entendre lors de la réunion qu'elle allouerait des fonds pour le recrutement. Ça, ça va nous aider [...] C’est toujours un petit plus attrayant de se faire payer un peu plus à la base, surtout quand un éducateur ou une éducatrice n'a pas l'expérience, ajoute Juliette Chabot.

Elle espère que ces fonds éviteront qu'il n'y ait une interruption de service, ce qui pourrait pousser des parents à choisir une des nombreuses garderies anglophones de la région.

Elle croit toutefois que l’offre d’un service de garde en français de qualité encourage les parents à revenir vers la garderie Les P’tits loups. Quand on aime un service [de garde] et le fait que c'est rattaché à l'école, à la DSFM aussi, ça va jouer un grand rôle, affirme-t-elle.

D’après la représentante de la FPFM, aucun montant n’a été confirmé pour l’instant par les autorités provinciales. Il y a des fonds disponibles, c’est tout ce qu’on sait [...] Exactement quels fonds sont disponibles? Cela n’a pas été confirmé, on attend la confirmation dans les prochains jours, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !