•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de sauveteurs : la Nouvelle-Écosse risque d’avoir des plages sans surveillance

Chargement de l’image

Certaines régions ont plus de mal que d'autres a recruter des sauveteurs, la pandémie et la fermeture des piscine a freiné les formations.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Les sauveteurs sont difficiles à trouver en Nouvelle-Écosse cet été.

Paul D'Éon est directeur des Services de Sauvetage de la Nouvelle-Écosse. Il embauche environ 80 employés chaque été pour travailler sur 25 plages d'Ingonish à Yarmouth.

C'est mon 48e été, dit-il. C'est le premier été que je n'ai pas assez de sauveteurs pour surveiller nos plages. Il m’en manque environ cinq ou six.

Il raconte comment il n’a pas reçu autant de candidatures pour les postes à temps plein cette année. Il a des postes vacants sur la Rive-Est, dans la vallée d'Annapolis et sur la Rive-Sud.

Ces sauveteurs travaillent 40 heures par semaine du 1er juillet au 31 août et sont payés entre 13 $ et 19 $ l'heure.

Chargement de l’image

La Nouvelle-Écosse a des postes de sauveteurs vaccants sur la Rive-Est, dans la vallée d'Annapolis et sur la Rive-Sud.

Photo : Facebook/Nova Scotia Lifeguard Service

Paul D’Éon songe même à embaucher de bons nageurs qui ne sont peut-être pas certifiés et à accélérer leur formation ou à embaucher des personnes de l'extérieur de la province.

Mais il est conscient que les sauveteurs sont rares en Amérique du Nord. Les fermetures de piscines n’ont pas permis aux jeunes d’évoluer et d’être formés pour ce travail.

Ces jeunes de 16 à 17 ans qui entreraient dans notre système ne le font pas parce qu'ils n'ont pas de certifications, explique Paul D'Éon. Nous essayons de rattraper ça maintenant.

Chargement de l’image

Paul D'Éon est directeur général des Services de Sauvetage de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Rachel Ward

C’est aussi difficile pour les clubs de natation qui ont besoin de sauveteur formé pour enseigner la nage.

Le club des Lions de Baddeck était impatient de rouvrir son programme de natation sur une petite plage au bord des lacs Bras d'Or, mais difficile d’embaucher le personnel nécessaire.

« Nous ne pouvons tout simplement pas trouver de sauveteurs! »

— Une citation de  Brian Chandler, membre du comité de la plage du club des Lions de Baddeck

Brian Chandler organise le programme de natation depuis 22 ans, et c'est la première année qu'il se démène pour pourvoir les cinq postes de sauveteur.

Il a appelé d'autres organisateurs de programmes de natation et il dit que c'est un problème dans toute la province.

Pour combler le vide, Brian Chandler à l’intention d’augmenter ses efforts de recrutement.

Nous allons devoir nous concentrer sur les écoles et essayer d'y entrer et d'identifier certains enfants qui pourraient souhaiter suivre le cours et offrir un transport gratuit et une certification gratuite.

S’il ne trouve pas de personnel, il ne pourra pas ouvrir de plages surveillées cet été ni de cours de natation.

Avec les information de Emily Latimer de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !