•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep de Sherbrooke recrute en France pour pallier le manque de main-d’œuvre

Chargement de l’image

Cette démarche a permis au Cégep de Sherbrooke de recevoir 120 inscriptions d’étudiants français.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Le Cégep de Sherbrooke tente une nouvelle approche pour aider à contrer la pénurie de main-d'oeuvre. Il va former des travailleurs provenant de l'étranger dans l'espoir que ceux-ci décident de rester au pays.

Une délégation d’entreprises et d’organismes de développement économique de l'Estrie s’est rendue en France en avril dans le but de recruter des étudiants et de futurs employés pour la région. Cette démarche a permis au Cégep de Sherbrooke de recevoir 120 inscriptions de jeunes Français qui viendront étudier à Sherbrooke l'automne prochain.

Ce projet a été mis en place pour aider les petites entreprises et faciliter l'arrimage entre les futurs diplômés et ces milieux de travail, explique la responsable du service liaison Cégep-entreprise au Cégep de Sherbrooke, Annick Wishnowsky,

« Si l'étudiant est heureux, il aura une intention de continuer sa vie professionnelle ici. »

— Une citation de  Annick Wishnowsky, responsable du service Liaison cégep-entreprise, Cégep de Sherbrooke

Selon Annick Wishnowsky, l'engouement ne se dément pas en Europe pour le marché de l'emploi québécois. En France, c'est très hiérarchique. Parfois il peut être difficile pour un jeune diplômé d'y trouver sa place. Lorsqu'ils entendent ce qui se passe ici en Estrie, les étudiants veulent venir vivre l'expérience, dit-elle.

Lors de cette mission de recrutement en France, des secteurs où il y a un manque criant de personnel ont été ciblés. On parle notamment de génie mécanique, maintenance industrielle, informatique, gestion de commerce. Donc oui, c'est un arrimage avec les besoins du marché du travail, souligne-t-elle.

Pourquoi la France ?

Outre la langue qui représente un avantage, des ententes France-Québec sont établies depuis longtemps, et facilite ainsi le recrutement et le processus d'immigration, selon la responsable du service liaison cégep-entreprise au Cégep de Sherbrooke. L'entreprise qui veut embaucher un étudiant français, ça simplifie sa démarche, affirme Annick Wishnowsky.

Elle lance maintenant une invitation aux entreprises intéressées par cette démarche à contacter le Cégep de Sherbrooke pour intégrer une future mission de recrutement en France.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !