•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : Rio Tinto défend de nouveau sa gestion du lac Saint-Jean

La devanture d'un édifice appartenant à Rio Tinto.

Rio Tinto continue de défendre sa gestion du lac Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Rio Tinto persiste et signe : l'entreprise maintient avoir fait tout en son possible pour éviter les inondations qui touchent plusieurs municipalités du Lac-Saint-Jean.

Le conseiller principal en hydrologie pour la multinationale, Jean Paquin, affirme qu’il aurait été impossible d’éviter la récente montée des eaux.

Même si Environnement Canada prévoyait des précipitations extrêmes dès le dimanche 15 mai, l'ouverture de toutes les vannes d'évacuation n'aurait rien changé, selon lui. Il explique qu'un haut fond baptisé la gorge du lac Saint-Jean est situé juste en haut des barrages, ce qui crée un goulot d'étranglement.

La capacité de ces ouvrages n'était pas déterminée par leur état d'ouverture ou de fermeture, mais bel et bien par le niveau du lac Saint-Jean et leur restriction en amont de la gorge, explique le spécialiste.

Un homme en entrevue.

Jean Paquin affirme que la multinationale n'aurait pu éviter la situation.

Photo : Radio-Canada

Jean Paquin rappelle que les averses abondantes sont survenues, de surcroît, au moment même où la fonte des neiges était à son maximum.

Il reste à voir si le phénomène risque de se répéter plus souvent en raison des changements climatiques. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle la multinationale participe à des programmes de recherche.

« On travaille depuis des années avec le consortium Ouranos pour approfondir notre base de connaissances, notre base de scénarios, pour être en mesure non pas d'éviter les changements climatiques, mais plutôt comment faire pour s'y adapter. »

— Une citation de  Jean Paquin, conseiller principal en hydrologie, Rio Tinto

Rio Tinto ne dit pas pour autant s'il faudra demander aux municipalités et aux riverains de prévoir des inondations plus fréquentes.

Des terres inondées.

Des terrains privés et des chemins ont été inondés de façon importante dans un secteur de Saint-Félicien, notamment.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

On est vraiment en mode gestion de l'événement de pluie qu'on a eu, qui est exceptionnel et qui est arrivé en même temps que la pointe de crue, mentionne la porte-parole de Rio Tinto, Malika Cherry. Il y aura certainement un retour à faire par la suite.

L’entreprise invite les riverains à inscrire leurs doléances sur Internet. Elle entend réviser son programme de rechargement des plages déjà prévu pour l'hiver prochain.

De leur côté, les municipalités et les riverains du Lac-Saint-Jean commencent à nettoyer les dégâts maintenant que le niveau de l'eau diminue graduellement. Les maires ont toujours des rencontres régulières avec la sécurité civile et précisent qu'il est trop tôt pour évaluer à combien se chiffrent les dégâts.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !