•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections provinciales : trois luttes à surveiller dans le Nord de l’Ontario

Chargement de l’image

Timmins, Sault-Sainte-Marie et Parry Sound–Muskoka sont trois circonscriptions qui sont à surveiller pour le 2 juin.

Photo : La Presse canadienne / MARTA IWANEK

Les circonscriptions de Timmins, Sault-Sainte-Marie et Parry Sound–Muskoka sont à surveiller lors des élections du 2 juin prochain.

Le Parti libéral de l'Ontario jongle avec des situations uniques dans les trois circonscriptions.

Par exemple, dans la circonscription de Timmins, les libéraux ne présentent pas de candidat. Cette situation complique le choix de bien des électeurs.

Des partisans libéraux me disent : "Je te donne mon vote cette fois-ci, mais aux prochaines élections, je voterai libéral", raconte le député néo-démocrate sortant de Timmins, Gilles Bisson, qui a remporté toutes les élections dans la circonscription depuis 1990.

Or, le parti de Doug Ford espère le déloger grâce à la candidature du maire de Timmins, George Pirie.

À Parry Sound–Muskoka, le député conservateur sortant, Norm Miller, a annoncé son départ à la retraite après plus de 20 ans en poste.

Chargement de l’image

Le député sortant Ross Romano, accompagné du premier ministre Doug Ford. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Du côté de Sault-Sainte-Marie, la course s’annonce aussi serrée qu'en 2018. Aux dernières élections, seulement 414 votes séparaient le progressiste-conservateur Ross Romano de la néo-démocrate Michele McCleave-Kennedy, arrivée deuxième.

À Timmins

Après 35 ans à la haute direction de différentes entreprises minières, comme Placer Dome Canada, Breakwater Resources et San Gold, George Pirie fait son entrée en politique municipale en 2018.

Chargement de l’image

Doug Ford espère déloger Gilles Bisson grâce au maire de Timmins George Pirie, à droite. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Doug Ford a décrit M. Pirie comme étant un des meilleurs maires de l’Ontario lorsqu’il a confirmé sa candidature pour le parti progressiste-conservateur à l’automne 2021.

Lors du dernier débat électoral, à Timmins, M. Pirie a énuméré ses réalisations à Timmins depuis son élection à la tête de la municipalité. Il estime pouvoir en faire autant en tant qu’élu à Queen’s Park.

M. Bisson rétorque que M. Pirie ne fait que recueillir les fruits du travail de la communauté. Tous ces projets-là, c’est toute une communauté qui est derrière ça.

Chargement de l’image

Gilles Bisson et son petit-fils ont livré des affiches électorales à Timmins samedi dernier.

Photo : Twitter/@BissonGilles

M. Bisson se dit convaincu que l’appui pour le NPD demeurera solide dans sa circonscription. Celui-ci a obtenu presque deux fois plus de votes que le candidat progressiste-conservateur, son plus proche concurrent, en 2018.

Le Parti libéral ne présente pas de candidat dans la circonscription.

À Sault-Sainte-Marie

Selon un sondage, les progressistes conservateurs mènent la course à Sault-Sainte-Marie. Or, la candidate néo-démocrate Michele McCleave-Kennedy ne baisse pas les bras.

Aux dernières élections, ma candidature a été acceptée tardivement, j’ai eu peu de temps pour me préparer, et seulement 414 votes me séparaient de la victoire. Cette fois, je me sens prête, et je sais à quoi m’attendre.

Syndicaliste et enseignante de formation, Mme McCleave-Kennedy a plusieurs décennies d’expérience auprès de diverses communautés de Sault-Sainte-Marie.

Elle estime qu’il est dommage que la ville ait perdu son statut bilingue. Je crois que ça a changé la réputation de Sault-Sainte-Marie négativement.

L’avocate Naomi Sayers, elle, se présente en tant que candidate indépendante. Elle a initialement voulu se présenter sous la bannière des libéraux, mais sa candidature a été rejetée en avril.

Chargement de l’image

Mme Sayers se présente en tant que candidate indépendante. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Originaire de la Première Nation Garden River, Mme Sayers a plusieurs années d’expérience en droit auprès de populations marginalisées.

Mme Sayers s'interroge d'ailleurs sur son implication en politique. Je n’ai jamais vécu autant de harcèlement sexuel de ma vie, déplore-t-elle. Je reçois constamment des messages inappropriés, c’est beaucoup à gérer, et ça a un impact très négatif sur moi.

Le Parti libéral a annoncé, quelques heures avant la date limite du 12 mai, que Liam Hancock serait son candidat à Sault-Sainte-Marie. Le site web du parti ne comprend aucune information à propos de ce candidat et il est absent des médias sociaux.

À Parry Sound–Muskoka

Le Parti libéral n'aura pas de candidat dans Parry Sound–Muskoka en raison des propos controversés sur l’homosexualité de l'homme qui s'y présentait. Le parti a abandonné le candidat il y a deux semaines.

Graydon Smith, le maire de Bracebridge, tentera de conserver le siège pour les progressistes-conservateurs, mais il devra rivaliser avec les candidats des verts et du NPD, Matt Richter et Erin Horvath, respectivement.

M. Richter espère rallier une partie des électeurs du Parti libéral.

L’enseignant de 4e année a terminé troisième en 2018, avec 20 % des votes. Il s'agissait du meilleur résultat pour un candidat vert après celui du parti, Mike Schreiner. Ce dernier était le seul élu du Parti vert à Queen's Park entre 2018 et 2022.

D’ailleurs, il y a plusieurs parallèles à faire entre Matt Richter et Mike Schreiner : tous deux gèrent de petites entreprises alimentaires et se sont taillé des places importantes dans leurs circonscriptions en gagnant progressivement des votes au fil des quatre dernières élections.

Avec le départ à la retraite du député conservateur sortant, ça permet aux partisans conservateurs de remettre leur allégeance politique en question, commente M. Richter.

Je pense représenter une option très intéressante pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas voter pour leur parti traditionnel.

Les candidats progressistes-conservateurs de ces trois circonscriptions, soit George Pirie, Ross Romano et Graydon Smith, n'ont pas répondu aux multiples demandes d’entrevue de Radio-Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !