•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : Gatineau s’attend à des niveaux d’eau similaires à 2017 et à 2019

Chargement de l’image

La Ville de Gatineau a organisé une conférence de presse, mercredi après-midi, afin de faire le point sur la situation des inondations à venir.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Radio-Canada

Les grandes quantités de pluie reçues au cours des dernières semaines combinées à la récente fonte des neiges font en sorte que les résidents de l'Outaouais qui demeurent à proximité de la rivière Gatineau se préparent à revivre des inondations similaires à celles qui ont frappé la région en 2017 et en 2019.

Les riverains dont la propriété est bâtie le long de la rivière des Outaouais devraient être épargnés cette année, mais ceux en bordure de la rivière Gatineau n'auront probablement pas la même chance.

Du pont Lady-Aberdeen jusqu'à l'est de la ville, à Masson-Angers, on ne prévoit pas de problèmes, a confirmé la mairesse France Bélisle en conférence de presse. Pour les gens de la Pointe-Gatineau, du pont Alonzo-Wright jusqu'à la rue Moreau, c'est plus problématique et préoccupant.

À propos du pont Alonzo-Wright, la directrice du Bureau de la sécurité civile, Sonia Béland, a précisé que le niveau d'eau est à environ 42,90 m. Les niveaux d'eau vont augmenter jeudi matin. Ça va se faire graduellement, jusqu'à ce qu'on atteigne une pointe samedi. On espère que les niveaux ne monteront pas de plus que 1,5 m.

La Ville se dit prête à ouvrir, au besoin, un centre d'aide aux sinistrés à l'aréna Stade-Pierre-Lafontaine, sur la rue Saint-Antoine.

Les pompiers seront équipés de chaloupes pour se promener dans les rues, aider les citoyens au besoin et être fin prêts à faire face aux niveaux d'eau, a souligné Denis Doucet, le coordonnateur des mesures d'urgence à la Ville de Gatineau.

Des sacs de sable sont offerts aux citoyens à quatre endroits : le centre communautaire Saint-Jean-de-Brébeuf, le stationnement du parc La Baie, l'intersection des rues Cartier et des Rapides et celle du boulevard de la Gappe et de la rue Carmen.

Par ailleurs, le ministère des Transports du Québec travaille à aménager des barrières anti-inondations sur l'autoroute 50, à la hauteur du lac Leamy.

La rivière Gatineau déborde déjà à Maniwaki et à Gracefield

À Gracefield, la rivière Gatineau est déjà sortie de son lit à plusieurs endroits. La Municipalité a procédé à la fermeture de quelques routes partiellement inondées ou qui risquent de l'être prochainement.

Les autorités sont sur le qui-vive depuis plusieurs jours et demandent aux citoyens de se préparer à protéger leurs propriétés comme ç'a été le cas lors des inondations récentes. Des sacs de sable ont été mis à leur disposition sur la rue Georges.

Chargement de l’image

Le débordement de la rivière Gatineau provoque déjà des fermetures de route à Gracefield.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Le niveau des eaux pourrait augmenter de 40 cm d'ici samedi, sans même considérer les averses qui pourraient tomber dans le secteur.

On a plus d'expérience et de moyens qu'en 2017. On sait à quoi s'attendre et comment se préparer. Nos équipes sont prêtes à agir en conséquence le temps venu, assure toutefois Julie Thérien, la directrice générale adjointe et greffière adjointe à la Municipalité de Gracefield.

La rivière a déjà fait des siennes chez certains riverains. Sur le chemin du Lac-à-l'Île, à Gracefield, Bill Potts a installé sa pompe afin d'évacuer l'eau de son sous-sol, tout comme son voisin, qui, lui, a dû construire une digue.

Selon M. Potts, le niveau de la rivière a grimpé d'au moins deux mètres dans la dernière semaine. Les prévisions du week-end l'inquiètent, même s'il ne semble pas comprendre cette hausse soudaine.

On n'a pas eu beaucoup de neige ni beaucoup de pluie cette année, alors on ne comprend pas, c'est un mystère pour nous autres, confie-t-il.

Selon Hydro-Québec, cette situation est attribuable aux 90 mm de pluie qui sont tombés au cours des derniers jours. Il s'agit d'une impressionnante quantité, considérant que l'Outaouais reçoit en moyenne 80 mm de précipitations mensuelles.

On aura reçu à la fin de la semaine l'équivalent de deux mois de pluie en 14 jours. C'est énorme et on essaie de limiter les impacts pour les citoyens riverains, a expliqué le porte-parole d’Hydro-Québec, Francis Labbé, en entrevue au Téléjournal Ottawa-Gatineau.

À Maniwaki, la rivière Désert cause des problèmes similaires. La résidence Père-Guignard, évacuée la semaine dernière, est presque encerclée. La digue construite autour de l'édifice fait son travail jusqu'à présent.

Chargement de l’image

Le CHSLD de Maniwaki est presque encerclé par l'eau.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Pour l'instant, l'inondation n'affecte pas trop les clients du Motel Central, situé tout près. L'entreprise espère que la situation ne se détériorera pas au cours des prochains jours.

C'est inondé à l'intérieur. On a mis des pompes pour évacuer l'eau qui entre au sous-sol, explique Kim L'Heureux, dont la famille est propriétaire de l'établissement d'hébergement.

Avec les informations de Natalie Tremblay, de Christian Milette et d'Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !