•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pavillons, là où les auteurs et les lecteurs se rencontrent

Chargement de l’image

La plateforme québécoise Pavillons propose au public de s’abonner aux projets littéraires d’écrivains et de recevoir leurs textes au fur et à mesure qu’ils sont publiés.

Photo : Radio-Canada / Image : Site web / Pavillons

Chargement de l’image

Après la musique, les films et les séries, c’est maintenant au tour de la littérature québécoise de s’écrire et de se lire en continu. Nouveau lieu de rencontre entre les auteurs et leurs lecteurs, la plateforme québécoise Pavillons, mise en ligne mercredi, propose au public de s’abonner déjà aux projets littéraires d’une quinzaine d’écrivains – dont Patrick Senécal, Martine Delvaux et Catherine Voyer-Léger – et de recevoir leurs textes au fur et à mesure qu’ils sont publiés.

Ainsi, les auteurs et autrices participants enverront – à raison d’une, deux ou quatre fois par mois, selon le projet – un texte à leurs abonnés autour d’un thème particulier, à l’instar d’un feuilleton ou d’une série télé qui diffuserait une nouvelle émission par semaine.

Fiction, poésie, récit et bande dessinée : tous les genres littéraires sont les bienvenus sur Pavillons. Le prix d’abonnement mensuel varie entre 2 $ et 4 $, en moyenne, selon les créations.

C’est toujours intéressant de multiplier les lieux d’accès à la littérature et, comme j’aime explorer de nouvelles formes d’écriture, ça représentait une forme de liberté pour moi, souligne l’auteure ayant grandi à Ottawa Martine Delvaux.

Avec son projet M.D., elle explorera la signification de son nom : Que porte le patronyme que j’ai? Qu’est-ce que ça veut dire de signer mon nom? Quel est le sens des initiales? J’ai envie de délirer autour de ces initiales, qui sont les miennes, et de voir ce que ça évoque chez moi, explique-t-elle.

« C’est comme un terrain de jeu. Quand on fait un livre, on essaie plein de choses, mais ce n’est pas rendu public. Ça reste dans nos brouillons. Mais de le faire publiquement, d’essayer des choses, et que ce soit lisible pour le public, je trouve ça intéressant. »

— Une citation de  Martine Delvaux, auteure ayant grandi à Ottawa

Proximité et rendez-vous

Le nom de la plateforme, Pavillons, se veut une façon de rendre concret ce nouveau lieu de rencontre entre les écrivains et leurs lectorats.

Souvent, on pense aux sites Internet comme étant immatériels. On a l’impression qu’ils ne sont pas des lieux comme tels. Pavillons, ça évoquait pour nous un lieu où il y a la possibilité de se rassembler, où les auteurs peuvent montrer le fruit de leur création, fait valoir l’une des trois cofondatrices de la plateforme, Marie Lamarre.

Peu habituelles dans le milieu de l’édition, la rapidité d’exécution et la récurrence de publication proposées par Pavillons établissent une relation de proximité entre le public et les auteurs auxquels ils souscrivent, estime-t-elle.

« Quand un abonné reçoit le texte fraîchement écrit de l’auteur auquel il est abonné, on a l’impression qu’on est dans le feu de l’action, au cœur de la création, parce qu’on [en] est les premiers témoins. »

— Une citation de  Marie Lamarre, cofondatrice de la plateforme Pavillons

Le rendez-vous instauré par l’auteur permet de suivre son processus d’écriture, en plus de comprendre que la contribution qu’on offre à l’artiste qu’on aime [l’abonnement mensuel, NDLR] a une vraie influence sur son travail, ajoute Mme Lamarre.

Pour l’instant, quatre projets sont offerts, y compris celui de Martine Delvaux. Dix autres seront mis en ligne en juin.

De nouveaux auteurs peuvent également soumettre leurs projets. On aimerait notamment voir de la critique d'art, de la chronique, de la vulgarisation scientifique, par exemple. C’est très ouvert, conclut Marie Lamarre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !