•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gel des loyers au N.-B. : la mesure ne sera pas permanente

Chargement de l’image

Les partis d'opposition ont tenté de convaincre le gouvernement de rendre permanent le plafond de la hausse de loyer, mais l'amendement a été rejeté.

Photo : Radio-Canada / Robert Jones

Radio-Canada

Lors d’une étude du projet de loi en commission parlementaire à Fredericton mercredi, le Parti vert a proposé de rendre permanent le plafond de la hausse de loyer proposé par le gouvernement néo-brunswickois. L’amendement a finalement été rejeté.

Pour s’attaquer à la crise du logement, le Nouveau-Brunswick avait annoncé, il y a quelques semaines, que de nouveaux règlements pour contrôler les hausses de loyer seraient en vigueur temporairement dans la province.

La hausse maximum du loyer de 3,8 % serait en vigueur, rétroactivement, à partir du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2022.

Cette mesure est néanmoins jugée trop timide par les partis d’opposition. Lors d’un comité parlementaire mercredi, le Parti vert a proposé de rendre permanente cette limite et de l’ajuster au besoin selon l’inflation.

Bien que la proposition a été appuyée par les libéraux, l’amendement a toutefois été rejeté par le gouvernement Higgs.

L’opposition est déçue

On ne fait juste que repousser le problème à demain. La crise du logement existe, elle est bien réelle, elle est là pour rester, déclare le député vert de Kent-Nord, Kevin Arseneau.

Chargement de l’image

Kevin Arseneau, député de Kent-Nord

Photo : CBC / Jacques Poitras

Le député libéral de Shippagan-Lamèque-Miscou, Éric Mallet, est bien d’accord. J’ai des histoires d’horreurs dans ma circonscription, dit-il. Ça va prendre quelque chose de très structuré pour passer à travers de cela.

La ministre de Service Nouveau-Brunswick, Mary Wilson, affirme qu’une limite permanente pourrait potentiellement décourager les investisseurs de l’industrie immobilière et mettre un frein à de nouvelles constructions.

Mary Wilson ne ferme néanmoins pas encore la porte.

Chargement de l’image

Mary Wilson, ministre responsable de Service Nouveau-Brunswick.

Photo : CBC / Shane Fowler

Cette dernière affirme que toutes les options sont encore sur la table, bien qu’elles ne soient pas indiquées dans le projet de loi en ce moment en cours d’évaluation.

La ministre affirme comprendre que les locataires de la province auraient préféré qu’une limite permanente soit adoptée, et soutient qu’elle continuera à surveiller de près la situation.

Des logements abordables pour le nord-est

Par ailleurs, les gouvernements provincial et fédéral annoncent mercredi un investissement de 1,6 million de dollars dans la création et la rénovation de 56 logements abordables dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.

Cette collaboration financière du ministère provincial du Développement social et du ministère fédéral du Logement, de la Diversité et de l’Inclusion s’inscrit dans l’Entente bilatérale Canada-Nouveau-Brunswick sur le logement abordable.

Chargement de l’image

Le ministre provincial du Développement social, Bruce Fitch, avec le député fédéral d'Acadie-Bathurst, Serge Cormier, et le maire de Bertrand, Yvon Godin, lors d'une conférence de presse.

Photo : Radio-Canada

Elle touchera trois projets dans la Péninsule acadienne et un autre dans la région Chaleur.

Plus de 1,36 million de dollars seront nécessaires pour la construction et l’amélioration de 50 logements pour personnes âgées et pour des personnes vivant avec un handicap à Bertrand, à Caraquet et à Tracadie. Une résidence de Beresford bénéficiera de 240 000 dollars pour la construction de six nouveaux logements.

L’aide prend la forme d’un prêt-subvention, et elle est fondée sur le coût des travaux admissibles et sur le nombre de logements individuels ou de lits admissibles dans un projet.

D’après les informations d’Alix Villeneuve et de Mario Mercier 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !