•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mois de l’ouïe et de la communication : le parcours de Léo

Chargement de l’image

Léo Guillette (à gauche) et ses frères et sœurs Henri, Lambert et Simone, ainsi que sa mère Anabel Côté.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Léo Guillette, d'Ascot Corner, est né avec une fente labio-palatine. À trois ans et demi, il a entrepris une longue réadaptation de 18 mois avec une orthophoniste pour apprivoiser les sons nécessaires à la parole. Sa mère a voulu témoigner dans le cadre du mois de l'ouïe et de la communication.

Le jeune garçon est aujourd’hui âgé de neuf ans. Il s’exprime clairement, et parle avec enthousiasme de ses passions, dont les Lego. C’est le fruit de mois de travail, puisqu’il est né avec une fente au palais et à la lèvre qui a nécessité plusieurs opérations. 

La troisième intervention avait notamment pour but d'allonger son palais, raconte sa mère Anabel Côté.

Les sons venaient seulement de la gorge et du nez. L'air ne pouvait pas ressortir de sa bouche. Les "p", les "b", tout ce qu’on avait besoin de gonfler les joues pour pousser l’air n’était pas possible, donc c’est là qu’on a commencé à avoir un suivi, explique-t-elle.

Un enfant sur 700 est touché par de telles malformations. La moitié d’entre eux ont besoin de réadaptation.

L'aîné de la famille de quatre enfants a dû se rendre au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine une fois par semaine pendant un an pour apprendre à parler alors qu’il était âgé de trois ans et demi. 

L’orthophoniste Annie Salois l'a suivi. 

Je lui ai enseigné tous les sons. Il n’avait aucune consonne, les voyelles étaient toutes produites de façon très nasillarde. À raison d'une rencontre par semaine à Sainte-Justine, bien sûr repris par les parents à la maison, avec de petits exercices et tout ça, ça nous a pris un an, se souvient-elle. 

« C’était difficile au début, mais après, c’est devenu facile et j’ai vraiment aimé ça. »

— Une citation de  Léo Guillette 

C'est ce travail de longue haleine, souvent effectué dans l'ombre, que le mois de l'ouïe et de la communication veut mettre en lumière. 

Je n’avais pas accouché et j’étais déjà prise en charge. C’est possible. On est bien entourés, on est guidés. Je voulais donner espoir aux gens de ne pas lâcher si jamais les gens ont des événements de cette sorte-là, s’exclame Anabel Côté. 

Avec les informations de Guylaine Charette 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !