•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline Cochrane a « le cœur brisé » par les inondations de Hay River

Chargement de l’image

La première ministre ténoise Caroline Cochrane s'est rendue à Hay River, lundi, pour constater les dégâts laissés par les inondations récentes.

Photo : Twitter/Caroline Cochrane

Radio-Canada

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, s'est rendu lundi dans la communauté de Hay River pour s’entretenir avec les résidents touchés par les inondations des dernières semaines et constater les dégâts sur place.

Après sa visite à Hay River, la première ministre dit avoir eu le coeur brisé après avoir été témoin de la destruction causée par la montée des eaux.

La communauté de presque 4000 habitants, située au sud du Grand lac des Esclaves, avait dû être évacuée à la mi-mai. Les habitants reviennent depuis quelques jours et découvrent dans quel état se trouve leur maison.

Certaines des maisons et des propriétés n’ont pas subi de dommages, d’autres en ont subi de façon minimale. Mais quelques habitations sont dévastées. Elles n’existent plus, et le niveau d’eau arrive au-dessus de leurs fenêtres, décrit Mme Cochrane.

La première ministre était accompagnée de quelques membres du Cabinet, dont le ministre des Affaires municipales et communautaires, Shane Thompson, ainsi que de quelques députés.

Caroline Cochrane affirme que le fait d’avoir vu le niveau de destruction l’a dévastée, mais cela a aussi mis en contexte ce que traversent les victimes.

Chargement de l’image

Caroline Cochrane discute avec des dirigeantes locales lors de sa visite à Hay River, lundi 23 mai.

Photo : Twitter/Caroline Cochrane

Selon la première ministre, l’Aide financière en cas de sinistre, politique nouvellement modifiée, devrait pouvoir aider de nombreuses victimes, mais elle comprend que cela ne soit pas suffisant pour tout le monde.

Elle affirme que, si cette aide ne peut pas couvrir tous les coûts, le gouvernement territorial pourrait envisager de demander plus d’assistance au gouvernement fédéral.

Mais nous allons essayer de faire avec ce que nous avons, ajoute la première ministre.

Rocky Simpson, le député de Hay River Sud, est satisfait que Caroline Cochrane se soit rendue dans sa communauté.

C’est une chose de donner accès à une politique d’aide, mais si on ne constate pas ce qu’il se passe, si on n’en parle pas... Ce qui est important, c’est de discuter avec les gens et de voir ce qu’il se passe sur le terrain . [Si on ne le fait pas], c’est difficile de juger ce qui est nécessaire.

M. Simpson aurait préféré voir les élus venir à Hay River plus tôt afin de constater l’étendue des dommages : Quand on voit l'eau et l'impact que cela a, c'est un peu différent de venir lorsque tout s'est calmé.

Chargement de l’image

Rocky Simpson, le député de Hay River Sud, photographié ici à l'Assemblée législative des T.N.-O., est satisfait de la venue de Caroline Cochrane dans la communauté touchée par les inondations.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Rocky Simpson espère que la ministre chargée du logement, Paulie Chinna, ainsi que la présidente de la Société d’habitation des T.N.-O., Eleanor Young, viendront aussi dans la collectivité.

La communication doit être ouverte, dit-il, et nous devons nous assurer que nous traitons ces questions aussi rapidement que possible.

De nombreuses victimes des inondations de 2021 à Fort Simpson et de la Première Nation Jean Marie River sont seulement en train de s'installer dans leur logement de remplacement, un an après que leurs communautés ont été frappées par les crues printanières.

Selon Rocky Simpson, beaucoup des victimes de Hay River sont au courant du temps nécessaire pour obtenir un nouveau logement : C’est pourquoi, plus vite le processus peut commencer, mieux ce sera.

Avec les informations de Luke Carroll

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !