•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vieux-Québec : la Ville s’attaque à l’amélioration de la qualité de vie

d9f294bbed6941e4956fe5e0305c497b

Entre 2006 et 2016, 10,4 % de la population a quitté le Vieux-Québec. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Jérémie Camirand

Après l’administration Labeaume, voilà que celle du maire Bruno Marchand va tenter d’améliorer la qualité de vie dans le Vieux-Québec.

Attirer davantage de résidents, améliorer la mobilité, augmenter les services de proximité et s’assurer de gérer l’offre d’hébergement touristique font partie des objectifs que Québec s’est imposés.

Un défi de taille à l’horizon

Entre 2006 et 2016, 10,4 % de la population a quitté le Vieux-Québec. De plus, à l’heure actuelle, 28 % des logements disponibles dans le secteur ne sont pas habités par un résident permanent. Présentement, 5000 personnes habitent le Vieux-Québec.

« On est conscient qu'il va falloir être créatif, innovant et proactif pour améliorer significativement la qualité de vie des résidents du Vieux-Québec. »

— Une citation de  Mélissa Coulombe-Leduc, membre du comité exécutif responsable de l’urbanisme et du patrimoine.
Chargement de l’image

5000 personnes habitent le Vieux-Québec. La Ville souhaite cependant augmenter ce nombre d'ici quelques années.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Afin de régler le problème, Québec maintient la Table de concertation du Vieux-Québec qui sera chargée de préparer un plan d’action et d’offrir des recommandations à la Ville. Réunissant une trentaine d’acteurs, la Table de concertation aura avant tout un rôle consultatif auprès de la population. Déjà, lors de sa création en 2012, la Table de concertation avait identifié une cible de 500 nouveaux résidents à accueillir, cible qui n’a toujours pas été atteinte.

Une annonce qui ne surprend pas la SDC

En entrevue avec Radio-Canada, le président-directeur général de la Société de développement commercial du Vieux-Québec (SDC), Donald Gilbert, avoue ne pas être surpris par l’annonce faite par Québec. Celui qui siège à la Table de concertation explique cependant vouloir des résultats concrets pour le Vieux-Québec et ses commerçants.

Chargement de l’image

Le directeur général de la SDC du Vieux-Québec, Donald Gilbert, espère être partie prenante des discussions à la Table de concertation du Vieux Quartier.

Photo : Radio-Canada

J’aime avoir des échéanciers, j’aime avoir des indicateurs de performance pour m’assurer qu’on avance. Je n’ai aucune idée si c’était là dans le passé, je ne veux pas faire le procès du passé, mais je vais m’assurer qu’à l’avenir, je vais me satisfaire en ayant ces éléments-là pour atteindre nos objectifs, déclare-t-il.

Du côté du comité des citoyens du Vieux-Québec et de son président, Michel Masse, l’annonce a été accueillie avec enthousiasme : on trouve ça très intéressant. Ce qui est intéressant, surtout, c’est de voir qu’il y a une volonté de la nouvelle administration de prendre le taureau par les cornes et de s’attaquer aux différentes problématiques qu’on vit dans le Vieux-Québec. [...] On va donner la chance au coureur et on va espérer que cette fois-ci sera la bonne.

Aucun échéancier précis n’est prévu

Contrairement au souhait de M. Gilbert, aucun échéancier précis n’est prévu par l’administration Marchand pour l’ensemble du projet. Toutefois, elle espère être en mesure de renverser la tendance pendant son premier mandat, précise Mme Coulombe-Leduc. Pour y parvenir, Québec souhaite s’attaquer d’abord aux enjeux de mobilité et aux enjeux d’hébergement.

Chargement de l’image

(De gauche à droite) Renée Desormeaux, directrice par intérim du Service de la culture et du patrimoine et Mélissa Coulombe-Leduc, membre du comité exécutif responsable de l’urbanisme et du patrimoine.

Photo : Capture d'écran - Youtube / Ville de Québec

On sait que certaines conditions doivent être réunies pour améliorer la qualité de vie dans le Vieux-Québec. L’une de ces conditions, c’est assurément d’assurer des déplacements sécuritaires par l’entremise de rues conviviales, actives, vertes et hivernales, explique Mélissa Coulombe-Leduc qui va présider la Table de concertation du Vieux-Québec.

Malgré l’envergure de la tâche à accomplir, Québec avoue être optimiste quant ses objectifs.

Ça prend un profil de gens, mais on peut leur faciliter la vie en améliorant certaines conditions de vie justement. [...] Parce qu’il y en a des familles dans le Vieux-Québec, il y en a qui font ce choix et qui sont heureux d’y rester, mentionne Renée Desormeaux, directrice par intérim du Service de la culture et du patrimoine.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !