•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-enseignant du Séminaire Saint-François coupable de leurre informatique

Dave-Alex Berthelot se dirige vers la salle d'audience, avec son avocat.

Dave-Alex Berthelot, à gauche, a reconnu sa culpabilité à huit chefs d'accusation de nature sexuelle.

Photo : Radio-Canada

Au Séminaire Saint-François (SFF), Dave-Alex Berthelot était plus qu'un simple enseignant. Il s'impliquait dans les galas sportifs, scolaires et culturels, et surtout, il était un entraîneur de football apprécié.

Il a profité de cette proximité avec des adolescents pour commettre plusieurs infractions de nature sexuelle.

Mercredi matin, le professeur déchu a reconnu sa culpabilité aux accusations, devant cinq des six victimes qui s'étaient rendues au palais de justice de Québec pour l'occasion.

L'ex-enseignant de mathématique et de science s'est reconnu coupable de leurre informatique, de communication indécente et d'exploitation sexuelle.

Dave-Alex Berthelot sur un terrain de football.

Dave-Alex Berthelot, qui a lui-même étudié au Séminaire Saint-François, a par la suite occupé plusieurs fonctions dans l'établissement scolaire, dont celle d'entraîneur.

Photo : Facebook

Berthelot a utilisé les réseaux sociaux pour demander aux victimes de lui envoyer des photos de leurs parties intimes.

Torturé en Thaïlande

Il a par exemple raconté à certains plaignants avoir été torturé lors d'un séjour en Thaïlande, en se faisant écraser les testicules en plus d'être ridiculisé au sujet de son pénis.

L’accusé a dit au plaignant qu’il avait consulté des psychologues et qu’ils lui avaient dit que la solution était de partager des images ou des actions sexuelles, comme se masturber un à côté de l’autre, avec des personnes de confiance, a indiqué à la juge le procureur de la poursuite, Me Louis-Philippe Desjardins.

Me Louis-Philippe Desjardins.

Le procureur Louis-Philippe Desjardins, de la direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP)

Photo : Radio-Canada

Berthelot a utilisé le même stratagème avec d'autres victimes, tenant à l'occasion des propos suicidaires.

Lors d'une conversation sur Snapchat, il a envoyé une photo de son pénis à un de ses protégés.

Il tenait dans ses mains un couteau qui semblait chauffé, car la lame était rouge. Il a dit au plaignant qu’il allait se couper le pénis et que ses souffrances allaient enfin cesser, a exposé Me Desjardins.

Dans la nuit du jour de l'An 2021, plusieurs des victimes ont reçu de leur enseignant et entraîneur une photo de son pénis en érection, avec une règle à côté.

À la suite de cet événement, des victimes se sont consultées avant d'aviser la direction de l'école.

Moins de deux semaines plus tard, la police arrêtait Dave-Alex Berthelot.

Des regrets

À la sortie de la salle d'audience, l'avocat de Berthelot a indiqué avoir eu le mandat de régler le dossier rapidement pour que les victimes n'aient pas à témoigner.

Il a des regrets sur les gestes qu'il a posés, a assuré Me Pierre Côté. Il voulait atténuer le plus possible l'impact des gestes qu'il a commis, a ajouté l'avocat de la défense.

Me Pierre Côté.

Me Pierre Côté est l'avocat de Dave-Alex Berthelot.

Photo : Radio-Canada

Le dossier reviendra devant le tribunal à l'automne, pour les observations sur la peine.

Des victimes pourraient alors se faire entendre afin de témoigner des conséquences des crimes sur leur vie.

L'ex-enseignant pourrait lui aussi s'adresser à la juge Annie Trudel.

Dave-Alex Berthelot devra d'ici là rencontrer des agents de probation qui auront la tâche de faire une évaluation sur ses risques de récidive.

Ce rapport, qui comprendra un volet sexologique, aidera le tribunal à déterminer la peine adéquate.

L'homme de 29 ans est en liberté sous conditions pendant le processus judiciaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.