•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Winnipégoise découvre un faux profil portant sa photo avec du contenu pour adultes

Chargement de l’image

C’est la deuxième fois que le profil Instagram de Holly Saint-Pierre est dupliqué frauduleusement.

Photo : Radio-Canada / Randall Mckenzie

Radio-Canada

Il y a quelques semaines, des amis de la Winnipégoise Holly Saint-Pierre ont commencé à lui demander si elle s’était créé un nouveau profil Instagram. Holly Saint-Pierre a été surprise de découvrir que le profil en question faisait la promotion de contenu à caractère sexuel en utilisant son nom et son image.

J’ai cliqué sur le profil et je me suis dit : "Oh! mon Dieu, ce n’est pas moi', raconte Holly Saint-Pierre, qui précise qu’elle ne crée pas de contenu à caractère sexuel. Les publications du profil visaient à vendre un type de pornographie.

Les photos avaient été volées sur le compte personnel de Holly Saint-Pierre par un imposteur. Celui-ci semblait vouloir obtenir de l’argent des abonnés du compte de sa victime en échange de contenu à caractère sexuel censé la représenter.

« C’était des images agrandies de… choses même pas intelligibles. Impossible de dire [ce que ou qui c’était].  »

— Une citation de  Holly Saint-Pierre

Ce n’était toutefois pas la première fois que Holly Saint-Pierre avait affaire à des imposteurs. En septembre, quelqu’un a créé un faux profil demandant à ses abonnés de s’inscrire à un site payant offrant du contenu sexuellement explicite. Ce profil a été désactivé par Instagram à la demande de Holly Saint-Pierre.

Elle a alors décidé de rendre toutes ses publications privées, mais, récemment, elle a fait le choix de les rendre à nouveau accessibles. Elle se croyait à l'abri d’une nouvelle fraude.

L’histoire s’est donc répétée, mais, cette fois, Instagram n’a pas désactivé le faux compte. Holly Saint-Pierre dit que certaines de ses connaissances suivent toujours le profil frauduleux.

Aujourd’hui, le contenu de son compte personnel est à nouveau privé. Elle n’envisage pas de changer d’avis. « Je dois être sûre que [mon profil] ne sera pas dupliqué une nouvelle fois. »

Des fraudes plus élaborées

Les stratagèmes de fraude de ce type sont de plus en plus élaborés, selon Clement Ryan, professeur au Département de communication de l’Université de Winnipeg. Plus besoin de poser un geste imprudent, comme cliquer sur un lien suspect, pour devenir une cible.

Le professeur conseille de s’assurer que le contenu publié concorde avec la personne que le profil est censé représenter. Est-ce que c'est quelque chose que la personne ferait [ou] dirait? Souvent [les fraudes] sont convaincantes, aujourd’hui, surtout avec des logiciels qui permettent d’imiter la voix et bientôt les visages aussi , explique-t-il.

En ce qui concerne le cas de Holly Saint-pierre avec Instagram, Ryan Clement n’était pas surpris. C’est un problème qu’Instagram doit régler. Il doit être plus méticuleux pour s’assurer qu’il y ait plus de transparence et d’authenticité quant à qui est représenté par le profil et qui utilise le profil, estime-t-il.

CBC/Radio-Canada a tenté de rejoindre le service des communications d’Instagram, sans succès. Sur la page de soutien de la plateforme, il est précisé que le réseau social prend la sécurité au sérieux et encourage ses utilisateurs à signaler les faux profils.

Des agences comme le Centre antifraude du Canada peuvent aider les victimes des fraudes en ligne, mais il existe peu de recours parce qu’il est souvent difficile de connaître l’endroit où se trouve l’imposteur, soutient Ryan Clement.

De son côté, la police de Winnipeg prend au sérieux ces incidents, mais sa capacité est limitée au niveau local. Habituellement, les individus qui commettent ce genre de fraude sont établis en dehors des frontières canadiennes. De plus, ces fraudes sont souvent éparpillées à travers le Canada, pas seulement à Winnipeg, écrit le Service de police dans une déclaration.

Avec les informations de Joanne Roberts

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !