•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étau russe se resserre sur Sievierodonetsk et Lyssytchansk

Chargement de l’image

Un enfant ukrainien est assis dans les décombres d'un immeuble détruit par une frappe russe à Kramatorsk, dans le Donbass.

Photo : Getty Images / AFP/ARIS MESSINIS

Radio-Canada

L’armée russe resserre son étau sur les villes jumelles de Sievierodonetsk et Lyssytchansk, les deux dernières agglomérations urbaines toujours sous contrôle ukrainien dans la région de Louhansk.

Les troupes russes ont avancé pour être si proches qu'elles peuvent tirer au mortier sur Sievierodonetsk, a annoncé sur Telegram le gouverneur régional, Serguiï Gaïdaï, selon qui la ville est tout simplement en train d'être détruite.

Il a accusé l'armée russe de bombarder la ville constamment, y compris à l'aide de lance-roquettes multiples Smertch et Tornado. Selon lui, les bombes visent également l'usine Azot, où des civils sont réfugiés dans des abris antiaériens.

« La situation dans la ville est très difficile. Hier, il y avait déjà des combats en périphérie [de Sievierodonetsk]. La semaine prochaine sera décisive. »

— Une citation de  Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Louhansk

L’agence russe Interfax cite pour sa part un représentant non nommé des séparatistes prorusses qui combattent aux côtés de Moscou, selon qui Sievierodonetsk est encerclée de trois côtés, soit au nord, au sud et à l’est.

Le New York Times estimait il y a encore quelques heures que les troupes russes situées au nord et au sud de la ville n’étaient distanciées que de 26 kilomètres.

La source d’Interfax affirme en outre que le seul pont permettant de sortir de Sievierodonetsk est désormais sous contrôle russe, une information qui ne peut être vérifiée de source indépendante.

L’état-major ukrainien annonce depuis plusieurs jours déjà que les troupes russes tentent de piéger les troupes ukrainiennes dans la région en les encerclant à l’ouest.

« Toutes les dernières forces de l'armée russe se concentrent désormais sur cette région [du Donbass]. L'occupant veut tout détruire là-bas. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine

Un porte-parole du ministre ukrainien de la Défense, Oleksandr Motuzyanyk, a reconnu mercredi que l’armée bataille ferme pour garder le contrôle de la principale autoroute permettant d’approvisionner les villes jumelles.

Sievierodonestk, qui comptait environ 100 000 habitants avant la guerre, est sous pression depuis des semaines. Selon les autorités ukrainiennes, des dizaines de civils y ont été tués.

Selon le gouverneur Gaïdaï, au moins six civils ont été tués et huit autres, blessés au cours des dernières heures.

À Kramatorsk, à 80 kilomètres à l’est de Sievierodonetsk, les rues étaient en grande partie désertes mercredi, tandis qu'à Sloviansk, de nombreux habitants ont profité de ce que les autorités ukrainiennes ont présenté comme une pause des Russes pour fuir la ville.

Notre     dossier Guerre en Ukraine

Dans la nuit de mardi à mercredi, deux missiles se sont par ailleurs abattus sur un atelier de réparation de trains à Pokrovsk, causant d'importants dommages.

Pokrovsk, au nord-ouest de la ville de Donetsk, est l'une des plaques tournantes des approvisionnements et des évacuations pour la région du même nom.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !