•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrivé à bon port leur voilier se fait foncer dedans par un autre bateau

Chargement de l’image

Fannie Jodoin et Marc Boctor revenaient d'un voyage de six mois dans les Caraïbes lorsque leur voilier a été percuté par un autre voilier au quai de la marina de Bridgewater.

Photo : Gracieuseté : Fannie Jodoin

Le voilier d'un couple de Québécois s’est fait percuter par un autre voilier sans capitaine lors de la journée de mise à l'eau à la marina de Bridgewater en Nouvelle-Écosse.

Marc Boctor et Fannie Jodoin profitaient d’une journée tranquille sur le pont après des mois d'aventures en mer lorsque la collision s'est produite.

Ça faisait deux jours qu’on était revenu d’un voyage de 6 mois, raconte Marc Boctor.

On a passé à travers des tempêtes épouvantables, 5 grosses tempêtes puis on a fait 22 jours en mer et visité 5 pays, on est allé à plein de place sans faire une égratignure sur le bateau. Et là, on arrive ici, on se dit on est enfin en sécurité, on prenait un petit café et c’est ça qui est arrivé.

Fannie Jodouin a pu capter la scène sur vidéo et elle a fait un montage qu'elle a placé sur le canal YouTube du couple.

Tout s'est passé très rapidement. Deux hommes sont tombés après avoir mis leur voilier à l’eau et le bateau a continué sa route avec le moteur en marche.

Il a frappé un bateau à quai avant de se diriger vers le large et de faire demi-tour pour foncer tout droit sur L'Arjuna, le voilier du couple.

Il prenait de la vitesse sur la rivière et nous a foncé carrément dans le devant du bateau et il a créé un gros trou dans la coque en avant et ça fait beaucoup de dommage, précise Marc Boctor.

En plus du trou d'une dizaine de centimètres et des égratignures sur la coque, la ligne de vie et le plat-bord ont aussi été endommagés lorsqu'ils ont heurté le mur de la marina.

Chargement de l’image

Fannie Jodoin dit qu'en plus de la coque, la cadène, le bord avant, le garde-pied, la ligne de vie et la fenêtre de l'Arjuna ont été endommagés.

Photo : Gracieuseté : Fannie Jodoin

L'impact a aussi été traumatisant pour le couple qui regardait impuissant, leur maison se faire percuter. Heureusement, personne n'a été blessé, même les deux hommes tombés à l'eau en sont sortis indemnes.

« On peut toujours dire ça aurait pu être pire, mais ça aurait pu être mieux! »

— Une citation de  Fannie Jodouin, navigatrice

Le couple doit encore faire évaluer les dégâts, mais à première vue il en coûtera entre 20 000 et 30 000 $ pour faire réparer leur voilier, qui est aussi leur maison.

C'est le propriétaire du bateau qui a percuté le leur qui va payer pour les dommages avec ses assurances.

Rassurez-vous on ne prend pas l’eau!

Fannie Jodoin se console en se disant qu’au moins le trou dans la coque est au-dessus du niveau de l’eau.

Les deux navigateurs peuvent donc rester dans le bateau jusqu’à ce qu’il soit sorti de l’eau pour les réparations. Puis, il faudra trouver un endroit ou rester.

Cet été, le couple avait lintention de vivre grâce du tourisme en voile le long des côtes de la Nouvelle-Écosse.

Au lieu de profiter de la saison de voile, le couple se cherche maintenant un emploi sur terre pour se renflouer les poches. Leur voyage au Québec pour aller voir leur famille va devoir attendre.

Ils veulent être là pour superviser les travaux sur leur voilier qui leur est très cher.

Chargement de l’image

Fannie Jodoin dit qu'elle était sous le choc lorsqu'elle a réalisé que le voilier sans pilote se dirigeait droit sur eux à la marina de Bridgewater. Elle dit que c'est arrivé si vite, que personne ne pouvait rien faire pour l'arrêter.

Photo : Gracieuseté : Fannie Jodoin

On ne sait pas trop ce qui va arriver avec tout ça, admet Marc Boctor.

On ne sait pas trop où on va vivre, on est un petit peu dans le néant, on ne sait pas trop ce qui se passe.

Malgré tout, il garde le sourire et rêve déjà de leur prochaine aventure à bord de L’Arjuna.

La vie de marin, il faut toujours faire avec les situations, rappelle Fannie Jodouin. Si ce n’est pas la météo, si ce n’est pas les bris, on se fait rentrer dedans.

Avec les infromations du Réveil de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !