•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rivière Winnipeg atteint des niveaux records et pourrait augmenter davantage

Chargement de l’image

Selon les données de la Commission de contrôle du lac des Bois, le débit de la rivière Winnipeg atteint environ 40 000 m3 par seconde, mardi à Seven Sisters Falls.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Les autorités n'ont plus d'autre choix que de laisser la rivière Winnipeg atteindre des niveaux records pour éviter des dommages importants en amont dans le Nord-Ouest de l’Ontario et le nord du Minnesota, même si l’eau a déjà endommagé plusieurs routes et forcé de nombreux propriétaires à évacuer dans le parc provincial du Whiteshell.

Le niveau de la rivière est 3,5 fois plus élevé que son niveau habituel à cette période de l’année en raison des apports d’eau qui risquent d’augmenter dans les prochains jours. L’eau pourrait donc augmenter encore d'environ 60 cm dans certaines régions du Manitoba.

Il y a des débits entrants records dans le système hydrographique de la rivière Winnipeg, des débits jamais atteints auparavant, explique le directeur des communications pour Hydro Manitoba, Scott Powell.

Selon les données de la Commission de contrôle du lac des Bois, le débit de la rivière était d'environ 40 000 m3 par seconde, mardi à Seven Sisters Falls, soit plus élevé que celui de la rivière Rouge ce printemps, au plus fort des inondations.

Les autorités du Manitoba et de l’Ontario s’entendent pour dire que le volume est sans précédent, mais qu'on ne peut rien faire pour réduire le débit. L'ingénieur en chef de la Commission de contrôle du lac des Bois, Matthew DeWolfe, est du même avis.

« Il n’y a aucun autre endroit où on pourrait envoyer toute cette eau. »

— Une citation de  Matthew DeWolfe, ingénieur en chef de la Commission de contrôle du lac des Bois

Matthew DeWolfe ajoute que la rivière Winnipeg draine une surface d’eau plus étendue que les provinces maritimes. Le bassin versant est plein, et l’eau ne peut aller qu’en aval, et tout le bassin se draine dans le canal très étroit que constitue la rivière Winnipeg, explique-t-il.

La Commission de contrôle du lac des Bois est responsable de la gestion à la fois les niveaux d’eau du lac des Bois et du lac Seul, qui coulent tous les deux de façon directe ou indirecte dans la rivière Winnipeg.

Selon M. DeWolfe, la Commission de contrôle du lac des Bois a été obligée de relâcher de l’eau du lac Seul parce qu’un barrage sur le lac pourrait être menacé si l’eau venait à dépasser son niveau maximal.

Le lac des Bois monte aussi

La Commission draine également le plus d’eau possible du lac des Bois parce que le niveau d’eau a atteint un point où les vagues du sud du bassin menacent des propriétés au Minnesota, en Ontario et à Buffalo Point, au Manitoba. Cette région est très plate et a un rivage très instable, explique Matthew DeWolfe.

Selon les dernières prévisions de la Commission pour le lac des Bois, le niveau du lac augmenterait encore de 10 à 13 cm au cours de la semaine à venir. Au même moment, l’apport d’eau provenant du lac Seul continuera d’être élevé.

« Nous avons affaire à des conditions jamais vues auparavant. Donc, il n’y a pas de point de comparaison. »

— Une citation de  Matthew DeWolfe, ingénieur en chef de la Commission de contrôle du lac des Bois

Scott Powell, d’Hydro-Manitoba, abonde dans le même sens. Pour les six barrages gérés par l’agence sur la rivière Winnipeg à l’ouest de la frontière ontarienne, rien ne peut être fait pour limiter l’eau.

Ce sont des centrales au fil de l’eau [...] Cela signifie que nous n'avons pas de grands réservoirs pour nos stations sur la rivière Winnipeg [...] Nous devons donc laisser [les flux] couler en aval, à travers nos déversoirs et nos turbines pour tenter de déplacer toute cette eau, précise M. Powell.

Mardi, des représentants du ministère manitobain du Transport et de l’Infrastructure ont déclaré que leurs équipes se concentrent sur la sécurité des propriétaires touchés par l’eau et qu’un programme de compensation serait envisagé plus tard.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !