•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des employés d’Arvida salue la sortie d’ex-cadres de Rio Tinto

Chargement de l’image

Des lingots d'aluminium

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Chargement de l’image

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida (SNEAA-Unifor), Donat Pearson, salue la sortie publique d’un groupe d’ex-cadres de Rio Tinto, qui réclament plus d’investissements de la part de l’entreprise dans la région.

Cette sortie, qui a pris la forme d’une lettre ouverte publiée dans l’édition de mardi du Quotidien, l’a surpris. Donat Pearson se réjouit néanmoins de constater que d’autres voix s’élèvent pour forcer la multinationale à injecter plus d’argent chez nous.

Le fait qu’ils réclament des investissements pour AP-60 du côté d’Arvida, c’est le principal pour nous. L’usine Laterrière et l’usine d’Alma ont été faites donc on est plus du côté du Complexe Jonquière, a-t-il fait valoir, en entrevue à C’est jamais pareil.

Donat Pearson croit qu’il est impératif de continuer de réclamer des investissements de la part du géant minier, qui bénéficie d’avantages énergétiques non négligeables.

On attend le bon moment, mais je pense qu’avec le marché, le coût du métal et la demande, dans la région, c’est le bon moment. Demander à Rio Tinto de mettre de l’avant les projets, c’est ce qu’on doit faire, tout le monde ensemble, croit le chef syndical.

Chargement de l’image

Donat Pearson, président du Syndicat national des employés de l’aluminium d'Arvida (SNEAA) réclame à nouveau des investissements pour les usines de Rio Tinto dans la région.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Donat Pearson affirme que le gouvernement a fait confiance à Rio Tinto pour la réalisation de ses projets au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais soulève des doutes au sujet de la livraison des promesses faites par l’entreprise en vertu d’ententes conclues avec Québec.

Le rôle de Saguenay

Le président du SNEAA estime que la Ville de Saguenay a également un rôle à jouer pour forcer Rio Tinto à délier les cordons de sa bourse.

La mairesse, Julie Dufour, a pris connaissance de la lettre de la vingtaine de retraités et de la documentation que le groupe a colligée. La première magistrate a l’intention de discuter avec les ex-cadres afin de partager de l’information.

Chargement de l’image

Le premier ministre François Legault a visité l'hôtel de ville de Saguenay et a rencontré la mairesse Julie Dufour la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Il y a un contexte. Il y a une fenêtre d’opportunité incroyable dans le marché. Le métal n’a jamais eu une aussi grande valeur. On est prêt pour de nouvelles cuves. Il y a l’arrêt des travaux à l’heure actuelle qui fait sourire quelques-uns qui pensent qu’on pourrait en avoir plus, observe-t-elle.

« Il y a eu un changement de garde avec Rio Tinto. Le ton est différent. L’union de tous les syndicats de l’aluminium qui parlent maintenant d’une même voix avec un discours plus rassembleur que ce qu’on a entendu à l’époque de nos syndicats. »

— Une citation de  Julie Dufour, mairesse de Saguenay

Julie Dufour dit avoir discuté de la question des investissements par Rio Tinto avec le premier ministre François Legault lors de son passage à l’hôtel de ville de Saguenay la semaine dernière. Elle assure que le gouvernement sera au rendez-vous et que la multinationale devra fournir des garanties pour conserver ses privilèges hydrauliques.

Sous le règne de Josée Néron, une table de concertation sur l’aluminium a été créée, ce qui a permis de faire des gains, croit la mairesse.

La table existe toujours, mais aucune rencontre n’a eu lieu depuis l’élection de Julie Dufour en novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !