•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harmonium symphonique : grandiose et émouvant

Un orchestre symphonique est sur scène. Derrière lui, la projection d'une image d'un homme sur un banc de parc.

Le reportage de Magalie Masson

Photo : Radio-Canada / David Dufresne-Denis

Chargement de l’image

On nous promettait beaucoup pour la création du spectacle Harmonium symphonique : histoires sans paroles présenté à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières. Les attentes n’ont pas été déçues. Les spectateurs ont pu vivre un moment unique qui restera gravé dans leur mémoire.

D’abord, la matière première du spectacle, c’est-à-dire la musique, est magnifique. Les arrangements qu’a faits Simon Leclerc de la musique de Serge Fiori restent parmi les meilleurs du genre. Il a fait bien plus qu’ajouter une orchestration à des pièces populaires, il en a fait de véritables adaptations symphoniques. Vivre l’expérience de voir et d'entendre les musiciens sur scène dépassera toujours, et de loin, l’expérience d’écoute sur album.

Chargement de l’image

La cheffe Dina Gilbert dirigeait les musiciens de l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / David Dufresne-Denis

La cheffe Dina Gilbert à la direction de l’orchestre est simplement incroyable. Elle vit la musique dans tous les membres de son corps. Dotée d’une énergie peu commune, d’un enthousiasme contagieux, elle guide les musiciens de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières à travers toutes les nuances de la musique.

Le déploiement scénique enveloppe l’orchestre bien différemment des concerts conventionnels. C’est pour immerger le public dans un univers onirique inspiré de l’oeuvre d’Harmonium.

Chargement de l’image

Des acrobates étaient suspendus au-dessus de l'orchestre.

Photo : Radio-Canada / David Dufresne-Denis

Un rêve de liberté

Au-dessus de l’orchestre, un homme est assis sur un banc suspendu dans les airs.

Il est le fil conducteur du spectacle. À travers son histoire, on découvre un homme pris dans le carcan de son quotidien qui fait un rêve qui le mène vers la liberté.

De remarquables animations sont projetées derrière l’orchestre. Elles nous guident à travers le rêve, les saisons et la féérie. L’iconographie rappelle parfois les œuvres de Magritte ou les illustrations des pochettes d’albums de musique progressive des années 70.

Le plus beau moment, celui de la communion entre le public et les artistes, se produit à la toute fin, grâce à la technologie de la compagnie PixMob.

Chargement de l’image

Serge Fiori était présent à la première du spectacle.

Photo : Radio-Canada

Serge Fiori ému aux larmes

Serge Fiori est monté sur la scène à la toute fin. Comme tous les spectateurs présents, il voyait le spectacle pour la première fois. Il a littéralement fondu en larmes confiant que c’était sa plus grande soirée "ever". Le cœur plein de gratitude, il a remercié tous ceux qui ont porté sa musique à un niveau qu’il n’aurait jamais pu imaginer. Il a surtout tenu à remercier le public qui lui est demeuré fidèle. C’est pour vous autres qu’on fait ça, c’est pour vous autres que j’ai toujours fait ça. Vous m’avez manqué.

Puis il a terminé en ayant une pensée pour les Ukrainiens. Ce soir, on a vécu de l’amour, de la paix, de la liberté. On a juste à avoir une pensée, en ce moment des gens pour qui c’est tout le contraire.

Au terme de cette soirée un peu surréelle, après deux ans de pandémie, de pouvoir se rassembler à nouveau grâce à la musique de Fiori, le retrouver lui… on aurait presque eu envie de chanter : Ça fait du bien de s'voir, ensemble dans un lieu d’espoir...

Harmonium symphonique : histoires sans paroles est présenté à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières jusqu’au 4 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !