•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Margaret Atwood répond à la censure avec une édition imbrûlable de La servante écarlate

Chargement de l’image

Margaret Atwood tentant de brûler l'édition ignifuge de son roman avec un lance-flammes.

Photo : Capture d'écran YouTube / Random Penguin House

Radio-Canada

Alors que plusieurs personnes s'inquiètent du nombre croissant de livres bannis ou détruits aux États-Unis et au Canada dans les derniers mois, une édition imbrûlable du roman phare de Margaret Atwood, La servante écarlate, est actuellement en vente aux enchères à New York, selon ce que rapporte The Guardian.

L’autrice canadienne de 82 ans a dévoilé l’exemplaire spécial du livre mardi dans une courte vidéo sur YouTube où on la voit tenter d’y mettre le feu avec un lance-flammes.

À travers les États-Unis et le monde, des livres sont contestés, bannis et même brûlés. Nous avons donc créé une édition spéciale d’un livre qui est régulièrement contesté et banni depuis des décennies, a affirmé la maison d’édition Penguin Random House en présentant l’objet unique.

Imprimée et reliée avec des matériaux ignifuges, cette édition de La servante écarlate est complètement imbrûlable. Le livre a été conçu pour protéger cette histoire vitale et faire office de symbole puissant devant la censure.

Une pointe lancée contre le mouvement antiavortement

Le livre a été mis en vente aux enchères par Sotheby’s, à New York, où les gens pourront faire des offres jusqu’au 7 juin. Tous les profits seront remis à l’organisme Pen America, qui milite pour la liberté d’expression. Mardi avant-midi, le prix s’élevait à 40 000 $ US.

L’initiative de Margaret Atwood et Penguin Random House survient alors que la Cour suprême des États-Unis pourrait bientôt annuler l'arrêt Roe c. Wade, qui protège le droit à l'avortement dans ce pays depuis 50 ans.

[Dans le livre], les servantes sont contraintes à donner naissance à des enfants pour des femmes infertiles issues d’une classe sociale plus élevée. [Les futures mères] sont soumises à des tests médicaux réguliers et deviennent souvent invisibles, considérées seulement pour leurs attributs biologiques, a résumé The Guardian.

Selon l’American Library Association, La servante écarlate est l’un des livres les plus souvent contestés ou bannis dans les écoles américaines.

Avec les informations de The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !