•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada peut en faire plus pour le logement des militaires, admet la ministre Anand

Chef d'état-major de la Défense Wayne Eyre, ministre de la Défense Anita Anand, premier ministre canadien Justin Trudeau
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, le président letton, Egils Levits, et le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez écoutent un exposé d'un commandant letton lors de leur visite de la base militaire d'Adazi à Adazi, en Lettonie, le mardi 8 mars 2022.

Le chef d'état-major de la Défense, Wayne Eyre, aux côtés de la ministre de la Défense, Anita Anand, lors de leur visite d'une base militaire en Lettonie, le 8 mars 2022. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

La ministre de la Défense nationale admet qu'Ottawa doit en faire plus pour soutenir les militaires qui ont du mal à trouver un logement au pays. Un courriel récent les encourageait à communiquer avec l'organisme à but non lucratif Habitat pour l'humanité, afin d'obtenir de l'aide pour trouver un logement abordable.

Cette recommandation illustre la façon dont la hausse des prix des maisons et des loyers touche le personnel militaire. La ministre Anita Anand a déclaré mardi que son gouvernement avait adopté plusieurs mesures afin d'aider à résoudre les problèmes d'accès au logement abordable pour les militaires et leur famille.

Elle a aussi dit qu'Ottawa avait mis en place plusieurs mesures pour donner aux militaires plus de flexibilité dans leur travail, notamment dans certaines fonctions, des options de télétravail.

Admettant que son gouvernement avait encore du travail à faire, Mme Anand a ajouté que le gouvernement avait augmenté les taux de rémunération des militaires en 2021. La ministre a aussi noté que des Canadiens de partout au pays font face à une pénurie de logements.

Le courriel avait été envoyé par un officier supérieur de la 19e Escadre Comox à d'autres membres de la base de l'Aviation royale canadienne, située dans le nord de l'île de Vancouver. Cette base abrite l'école militaire de recherche et de sauvetage ainsi que plusieurs escadrons d'aéronefs.

« Suite à notre discussion de ce matin, une option de logement potentielle pour nos gens est Habitat pour l'humanité », indiquait le courriel daté du 5 mai. « Si cela intéresse l'un de vos employés, veuillez lui demander de consulter les informations suivantes. »

La porte-parole du ministère de la Défense, Jessica Lamirande, a déclaré que les militaires n'étaient pas redirigés vers Habitat pour l'humanité, mais plutôt que cet organisme était présenté comme une option pour ceux qui avaient « des difficultés importantes » à trouver un logement.

Le problème de la flambée des prix

Le mois dernier, le général Wayne Eyree, chef d'état-major de la défense, reconnaissait que les militaires ressentaient très durement les effets de la flambée des prix du logement et d'autres biens, en raison de leur mode de vie unique, qui prévoit des déménagements constants tout au long de leur carrière.

Parallèlement, le général Wayne Eyre déplorait la pénurie de logements militaires. « Il nous manque à l'heure actuelle de 4000 à 6000 unités dans nos bases, ce qui accentue également le problème du logement », disait-il.

De nombreuses bases proposent des logements militaires. Mais, même si les évaluations internes du ministère de la Défense ont affirmé à plusieurs reprises depuis 2017 qu'au moins 5000 unités supplémentaires étaient nécessaires pour répondre aux besoins croissants de l'armée, le nombre de maisons appartenant au gouvernement a diminué de façon constante depuis des années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !