•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un oiseau rarement aperçu en Abitibi-Témiscamingue a été observé à Rouyn-Noranda

Un oiseau photographié de près se trouve sur une branche qui flotte sur l'eau.

Habituellement, pour la saison chaude, le territoire de nidification du héron vert se trouve au sud du Québec et aux États-Unis.

Photo : Gracieuseté de Serge Perreault

Depuis quelques jours, on peut observer à Rouyn-Noranda un oiseau que l'on trouve rarement dans la région : le héron vert.

L’oiseau a été aperçu à quelques reprises au bord du lac Osisko, près de la piste cyclable.

Catherine Dion, ornithologue et membre de la Société du loisir ornithologique de l'Abitibi-Témiscamingue, rapporte que c'est seulement la deuxième fois qu'on observe cet oiseau dans la région, selon ce que l'on sait.

La dernière fois remonte aux années 2000, au Témiscamingue.

C’est un oiseau qui se retrouve beaucoup dans les secteurs comme les marais. Par exemple, on en observe en Outaouais et en Montérégie. Dans les milieux humides, vraiment les régions plus au sud du Québec et, aux États-Unis aussi. Donc, il a un petit peu dépassé [son territoire habituel] lors de sa migration en se rendant jusque chez nous, indique Catherine Dion.

 Un oiseau se tient sur une branche dans de l'eau boueuse.

Le héron vert est beaucoup plus petit que le grand héron.

Photo : Gracieuseté de Serge Perreault

Selon elle, ce héron vert a peut-être voyagé plus au nord à cause des vents importants lors des orages violents la fin de semaine dernière, notamment en Outaouais, dans les Laurentides et Lanaudière.

Il y a probablement plusieurs oiseaux qui ont passé tout droit lors de leur migration. On est vraiment en période de migration chez les oiseaux et quand il y a des vents importants¸ ça peut arriver qu'il y ait des individus comme ça qui aient dépassé leur aire habituelle, précise Catherine Dion.

Puisque le héron vert se niche généralement dans des secteurs plus au sud, Catherine Dion ne s’attend pas à ce que celui près du lac Osisko y demeure pour la saison estivale. Il est difficile de déterminer s’il s’agit d’un mâle ou d'une femelle, car leur coloration est similaire.

Un oiseau se tient sur des brindilles au bord de l'eau.

Plusieurs amateurs d'ornithologie ont capté des images du héron vert lors des derniers jours à Rouyn-Noranda.

Photo : Gracieuseté de Catherine Dion

On recommande d’ailleurs d’observer ce héron à une bonne distance afin de le protéger.

D'autres espèces qui se trouvent rarement dans la région ont été vues à Rouyn-Noranda cette semaine, comme l'oriole de Baltimore. Cet oiseau, environ la grosseur d’un merle, arbore un plumage orange avec une tête noire.

C’est sûr que c’est vraiment une bonne période. On est pendant la migration, donc il y a plusieurs oiseaux qui sont en train de revenir dans la région. Les parulines, entre autres, qui commencent à arriver, souligne Catherine Dion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !