•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’implantation d’une distillerie sème l’espoir à Cap-Chat

Chargement de l’image

Les paysages de Cap-Chat pourraient, entre autres, contribuer à attirer d'autres entrepreneurs, selon le maire. (archives)

Photo : Radio-Canada

Le maire de Cap-Chat, Marcel Soucy, carbure à l'optimisme. À ses yeux, l’arrivée d’une distillerie dans sa ville témoigne d’une certaine effervescence dans la deuxième plus grande municipalité de la Haute-Gaspésie.

Carl Bourget, président-directeur général de la Distillerie Cap-Chat, est d’accord avec le maire. Selon lui, la voisine de Sainte-Anne-des-Monts a des forces qui risquent de séduire d’autres entrepreneurs, comme lui.

« La Ville nous a accueillis de façon extraordinaire! On s’est sentis désirés. »

— Une citation de  Carl Bourget, directeur général de la  Distillerie Cap-Chat

La qualité de l’eau et des produits locaux, ainsi que le coût des infrastructures, ont aussi pesé dans la balance. L’eau de Cap-Chat pure et non traitée est un ingrédient incontournable quand on veut faire des spiritueux, ajoute M. Bourget.

L’entrepreneur se réjouit également d'avoir déniché un bâtiment situé sur la route 132, donc accessible pour la clientèle touristique, mais avec, en plus, une vue imprenable sur le fleuve.

Chargement de l’image

La Distillerie Cap-Chat emménage dans ce bâtiment qui a déjà abrité une usine de transformation de crevettes et une micro-brasserie.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

M. Bourget compte développer une vodka puis un gin à court terme, mais aussi du rhum, du whisky, du brandy et des crèmes à plus long terme.

Impatient de mettre en valeur les produits du terroir gaspésien, il souhaite intégrer des plantes d’ici dans sa production, comme le cynorhodon (fruit des rosiers sauvages) et le poivre des dunes. Je veux que nos produits rappellent le bord de la mer, l’air salin, dit-il.

Chargement de l’image

Le maire de Cap-Chat, Marcel Soucy, et Carl Bourget, président-directeur général de la Distillerie Cap-Chat, entourent le logo de la nouvelle entreprise.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Il vise les marchés provincial, national et international. On veut faire une grande distillerie, pousser d’avant l’image de Cap-Chat, développer une identité Cap-Chat, prévoit-il.

Ayant nécessité des investissements totalisant 2,5 millions de dollars, l’entreprise entraîne la création de six emplois pour le moment.

L’ouverture est prévue en juillet.

Chargement de l’image

Carl Bourget vise les marchés québécois, canadien et international.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

D’autres projets en développement

Le maire de Cap-Chat affirme que la distillerie est la première d’une suite d’annonces. D’autres projets sont en développement, mentionne-t-il.

Il se réjouit de constater ce mouvement créé, dit-il, par des promoteurs créatifs qui proposent des projets intéressants pour le développement de la municipalité .

Selon lui, une ville comme Cap-Chat a beaucoup de potentiel pour les entrepreneurs intéressés par une éventuelle installation en région.

Il parle notamment de la beauté du fleuve et des montagnes, mais ne manque pas de rappeler que la ville offre des terrains et des infrastructures à coût abordable.

Ce que dit M. Bourget, c’est de la musique à nos oreilles, estime-t-il. On espère que les gens de l’extérieur vont voir ça et qu’ils se diront qu’il y a de l'avenir à Cap-Chat, qu’on peut s’installer en Haute-Gaspésie et avoir l’aide qu’il faut.

Marcel Soucy assure que la main-d'œuvre prête à travailler ne manque pas à Cap-Chat.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !