•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa annonce 15,2 M$ pour réduire les émissions de GES dans l’agriculture

Chargement de l’image

La technologie développée par Terramera vise à mesurer en temps réel la composition des sols des champs. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une deuxième vague d’investissements du Programme fédéral des technologies propres en agriculture a été annoncée par la ministre de l’Agriculture, Marie-Claude Bibeau, à Vancouver. Ottawa accordera plus de 15 millions de dollars à 47 projets au pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Début février, une soixantaine de projets visant à réduire les GES sur les fermes avaient déjà été approuvés, dont deux en Colombie-Britannique pour des installations relevant de la bioéconomie et d'une chaudière à biomasse. Mardi, c’est depuis les locaux de l’entreprise Terramera, l’une des bénéficiaires des investissements annoncés, que la ministre de l’Agriculture a fait son annonce.

Cette entreprise vancouvéroise recevra 2 millions de dollars afin de développer sa technologie de mesure des stocks de carbone dans les sols. Travis Good, directeur de la technologie à Terramera, a expliqué que cet investissement permettra de continuer le travail déjà en cours.

À terme, l’entreprise pense pouvoir communiquer aux agriculteurs des données sur la composition des sols pour qu’ils puissent décider ou non d’apporter des engrais. Nous pourrons fournir [...] des mesures en temps réel dans les champs sans coûter plus cher aux agriculteurs que ce qu'ils paient actuellement.

Terramera promet des données de meilleure résolution pour faciliter la prise de décision des agriculteurs et précise que davantage de carbone dans le sol signifie une meilleure qualité et une meilleure rétention d’eau.

Les financements du programme fédéral visent trois domaines d’intervention prioritaires : l’énergie verte et l’efficacité énergétique, l’agriculture de précision et la bioéconomie. En Colombie-Britannique, il y a désormais cinq projets qui en bénéficient.

Les agriculteurs du pays sont en première ligne face au changement climatique , a expliqué Marie-Claude Bibeau. La ministre a assuré que le gouvernement devait redoubler d'efforts et qu'il avait déjà annoncé 1,5 milliard de dollars pour des mesures agroenvironnementales.

Selon elle, des innovateurs comme Terramera protègent les sols précieux , et leurs technologies permettront d'augmenter la séquestration du carbone dans le sol.

« Si nos terres dépérissent [...], on va payer pour tôt ou tard. »

— Une citation de  Marie-Claude Bibeau, ministre fédérale de l'Agriculture

La ministre a ajouté que les efforts des producteurs agricoles pourraient, à l'avenir, être reconnus « d'un point de vue financier ».

Avec des informations de Chloé Dioré de Périgny

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !