•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une semaine avant que le courant soit rétabli en périphérie d’Ottawa et de Gatineau

Un employé d'Hydro-Québec roule un fil de métal. Derrière lui, on aperçoit un camion de la compagnie.

Une équipe d'Hydro-Québec s'affairait mardi après-midi pour rétablir le courant à Val-des-Monts.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Kwan

Radio-Canada

Les municipalités en périphérie d'Ottawa et de Gatineau ont également été fortement touchées par la tempête de samedi. Cela pourrait prendre une semaine avant que le courant ne soit rétabli.

Il n'y a pas qu'Ottawa et Gatineau qui ont été fortement touchées par la tempête de samedi, une partie de l'est ontarien a aussi subi les ravages du vent. Selon Hydro Ottawa, les dégâts sont plus nombreux et répartis sur un plus vaste territoire que lors de la tempête de verglas en 1998.

Plusieurs résidences ont été endommagées dans la municipalité de Clarence-Rockland. Le maire, Mario Zanth, indique que des stations d'urgence ont été mises sur pied et que les citoyens peuvent venir y chercher de l'eau.

Il invite les résidents à faire preuve de patience, puisqu'il faudra plusieurs jours avant que tout ne revienne à la normale.

C’est le temps de se préparer pour au moins une semaine, a-t-il dit en entrevue. On n’a pas de façon de savoir quand l’électricité va revenir.

« On a 200 poteaux à terre et ce ne sera pas du jour au lendemain [qu'on pourra] reconnecter une grille comme ça. »

— Une citation de  Mario Zanth, maire de Clarence-Rockland

M. Zanth précise que la priorité sera d'alimenter les stations d'essence et les épiceries.

Trois politiciens en discussion devant les dégâts causés par une tempête.

Lundi, Mario Zanth a reçu la visite de la députée sortante Amanda Simard et de son chef Steven Del Duca.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

De l'attente au Québec, également

En sol québécois, la périphérie n'a pas été épargnée non plus. Dans la municipalité de Duhamel, près de Lac-Simon, les dommages sont importants et l'état d'urgence a même été déclaré.

Le maire de Duhamel, David Pharand, explique que plusieurs véhicules et propriétés ont été endommagés. Les pompiers et les cols bleus ont dû intervenir étant donné que des gens ont été blessés.

« Le Service des incendies a dû dégager les routes parce qu’on nous informait qu’il y avait des blessés sur le territoire. »

— Une citation de  David Pharand, maire de Duhamel

Peu après la tempête, l’accès à la municipalité par la route 321 était fermé par la chute de nombreux arbres, raconte-t-il. Les ambulanciers ne pouvaient pas monter à notre municipalité pour venir en aide aux gens blessés.

Dimanche, M. Pharand et son équipe ont procédé à la visite des résidents qui ne comprenaient pas ce qui se passait, puisque les réseaux de communication étaient hors service.

On sait qu’on en a pour plusieurs jours avant qu'Hydro-Québec puisse monter dans notre milieu qui est très forestier, souligne le maire. C’est très difficile pour l’équipe d’Hydro-Québec d'avancer dans une forêt qui est dévastée.

Ce dernier devait rencontrer les membres du conseil afin de prolonger l'état d'urgence qui expirait en matinée mardi.

À Val-des-Monts, le courant a partiellement été rétabli en matinée mardi. Ça s’améliore au fur et à mesure, soutient le conseiller et maire suppléant de la Municipalité, Claude Bergeron. Actuellement, Hydro-Québec travaille très fort dans le coin, donc le courant est rétabli dans plusieurs places.

La Municipalité a mis en place plusieurs services pour répondre aux besoins des citoyens. Ceux-ci peuvent se ravitailler en eau potable à la caserne de pompiers, prendre une douche à l'aréna et même aller cuisiner leurs repas au centre communautaire.

Les lignes téléphoniques sont toutefois encore hors service, ajoute M. Bergeron. Il souhaite bon courage aux résidents et leur demande de faire preuve de patience.

Rencontré sur le terrain, Martin Fiset, directeur des travaux pour Hydro-Québec, mentionne avec optimisme que le courant pourrait être rétabli pour tous d'ici jeudi.

Ça demande beaucoup de main-d’œuvre, ça nécessite souvent des VTT, parce que ce n’est pas trop accessible, explique-t-il. On ne chômera pas pour une couple de jours, c’est certain!

Avec les informations de Marie-Jeanne Dubreuil et de Rebecca Kwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !